Le Service de développement international de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a procédé à une première remise de bourses à six étudiants français inscrits au Centre de formation professionnelle (CFP) du Grand-Fjord. Sur la vignette apparaissent, dans l’ordre habituel, Alexis Bourdon, étudiant, Manon Tremblay, directrice générale de la Caisse Desjardins de la Rive-Nord, Tony Boullemier, boursier, Sébastien Latry, boursier, Nathalie Houard, boursière, Léo Cosnard Grest, boursier, Perrine Rousseau, boursière, Denis Guay, directeur général de la Caisse Desjardins de Chicoutimi, et Sébastien Renaud, coordonnateur du Service de développement international.

Six étudiants français reçoivent une bourse de 1000 $

Six étudiants français en formation professionnelle inscrits au Centre de formation professionnelle (CFP) du Grand Fjord de la Commission scolaire (CS) des Rives-du-Saguenay ont reçu des bourses de 1000 $ chacun afin de les aider à poursuivre leurs études dans la région.

À l’occasion d’une cérémonie organisée mercredi par le Service de développement international, nouvellement créé, Sébastien Renaud, coordonnateur, a expliqué que la CS des Rives-du-Saguenay accueille dans ses divers établissements 400 élèves internationaux, du primaire jusqu’à la formation professionnelle, provenant de 21 pays différents, la plupart étant d’origine française. « C’est la première fois qu’on remet une bourse aux étudiants internationaux, le tout en collaboration avec le regroupement des caisses Desjardins au Saguenay. On a décidé d’offrir un petit plus à ces élèves qui ont choisi de venir étudier ici », explique Myriam Donaldson, chargée de projet pour Études Québec.

Cette dernière a expliqué que les élèves de niveau international trouvent des avantages à venir étudier au Québec en raison des emplois disponibles, de l’étendue du territoire et de la présence d’un milieu éducatif envié à travers le monde.

M. Renaud a mentionné que le Programme de protection et exploitation des territoires compte une quarantaine d’étudiants, dont une vingtaine de Français.

Parmi les boursiers interrogés, Léo Cosnard Grest, originaire de Toulouse, est content d’avoir traversé l’Atlantique afin de suivre la formation de 990 heures en protection et exploitation des territoires puisqu’il a trouvé ici des professeurs passionnés. « Après mes études, je songe à demeurer ici pour m’installer », a-t-il témoigné.

Alexis Bourdon, étudiant en soudure-montage, originaire de la Bretagne, a débuté ses études en août dernier. Il n’aura pas mis beaucoup de temps pour constater que le marché du travail a des besoins urgents puisqu’il travaille quatre soirées pour Industries GRC, d’Arvida, à raison de 21 heures, soit le maximum permis par la réglementation. Lui aussi songe à s’installer au Québec.

M. Renaud explique que le travail accompli par son service comptant sept employés consiste à accompagner ces élèves, mais aussi des familles qui viennent s’installer sur le territoire, afin qu’ils puissent bien s’intégrer dans leur nouveau milieu éducatif. « Ces jeunes, s’ils sont bien accompagnés, sont souvent intéressés à demeurer ici puisqu’ils sont déjà intégrés, qu’ils sont diplômés ici. Notre rôle est de s’assurer qu’ils peuvent bénéficier de tous les permis de travail requis », mentionne M. Renaud.

Les quatre autres boursiers sont Sébastien Latry, de la région de Paris, Tony Boullemier, d’Île-de-France, Nathalier Houard, de Bretagne, et Perrine Rousseau, de Dieppe, en Normandie.