Le policier André Simard ne reçoit plus, à partir d'aujourd'hui, de salaire de la Sécurité publique de Saguenay (SPS).

Simard suspendu sans solde

Le policier André Simard ne reçoit plus, à partir d'aujourd'hui, de salaire de la Sécurité publique de Saguenay (SPS).
Les membres de l'état-major de la SPS se sont réunis hier après-midi à la suite des verdicts de culpabilité rendus contre le patrouilleur, hier, au Palais de justice de Chicoutimi afin de statuer sur le sort de leur policier.
Aujourd'hui, Simard a été reconnu coupable de six chefs d'agressions sexuelles sur six femmes différentes et de cinq chefs de trafic de stupéfiants.
« Suite à la décision rendue aujourd'hui dans le dossier d'André Simard et dans le respect de la convention collective des policiers, la suspension à demi solde du policier est modifiée pour une suspension sans solde en attendant la fin des procédures », ont indiqué les membres de la direction du Service de police de Saguenay dans un communiqué envoyé aux médias en fin d'après-midi.
Dès le moment de son arrestation en 2011, Simard a continué à percevoir une partie de sa rémunération. Il obtenait la moitié de son salaire en attendant les procédures judiciaires.
Maintenant que celles-ci sont passées à l'étape des verdicts de culpabilité, les dirigeants du corps policier ont pris la décision de suspendre cette mesure.
Simard a été remis en liberté (sur engagement de 50 000 $) en attendant les représentations sur sentence qui seront faites éventuellement devant le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec.