Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe
Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe

Simard et Brunelle-Duceppe proposent la création d'un fonds sectoriel de 200M$ pour l’aluminium

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Les députés bloquistes de Jonquière et de Lac-Saint-Jean, Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe, proposent que le gouvernement fédéral investisse 200 millions de dollars pour la création d’un fonds sectoriel dédié à la transformation de l’aluminium et à la production d’aluminium carboneutre.

«Selon le Directeur parlementaire du budget, les 200 millions de dollars qui découlent des contre-tarifs de 2018 n’ont toujours pas été à l’industrie. Nous invitons donc le gouvernement à utiliser cette somme comme moteur de développement aux secteurs de deuxième et troisième transformation», ont affirmé les deux députés, par voie de communiqué. 

Ils souhaitent également que ce fonds puisse favoriser le développement de la filière de l’aluminium vert. Selon eux, le secteur de l’aluminium pourrait bénéficier d’un levier important pour réduire les chaînes d’approvisionnement grâce à ce fonds sectoriel. 

« En ce moment, la transformation se fait essentiellement chez les Américains. En clair, on envoie notre production à l’étranger pour ensuite la racheter avec une valeur ajoutée à fort prix », indique Mario Simard. « En investissant dans la deuxième et troisième transformation, on pourrait réduire la chaîne d’approvisionnement, stabiliser nos marchés et créer de nombreux emplois. C’est une opportunité incroyable pour l’industrie de l’aluminium au Québec! », se réjouit le député de Jonquière, en rappelant que chaque emploi dans la production d’aluminium aux États-Unis génère 18 emplois en transformation.

Pour les deux élus du Bloc Québécois, il sera tout de même important de s’assurer que le fonds sectoriel soit géré de concert par les acteurs du milieu. « Notre approche en politique, c’est toujours de rassembler le plus de monde possible autour d’une même table. Toutefois, on ne veut pas imposer une vision particulière puisque les gens de l’industrie savent déjà très bien ce qui sera bon pour eux », soutient Alexis Brunelle-Duceppe. « Un tel fonds sectoriel, géré par les partenaires, pourrait favoriser l’essor de plusieurs PME partout au Québec. C’est un modèle qui existe déjà et qui a fait ses preuves », poursuit le député de Lac-Saint-Jean, en référence au fonds régional qui avait été créé à la suite de la fermeture de la centrale nucléaire de Gentilly-2.

Cette proposition fera l’objet de discussions pour son intégration à la plateforme de relance économique du parti.