Selon Marie-Annick Fortin, le Parti québécois est le mieux placé pour défendre les intérêts des régions et c’est pourquoi elle s’engage à rétablir un poste de sous-ministre régional.

Ses idées avant les conflits

La candidate du Parti québécois dans Dubuc, Marie-Annick Fortin, n’entend pas faire campagne sur les conflits de personnalités entre son adversaire caquiste François Tremblay et l’ex-conseiller de Saguenay Luc Boivin, préférant concentrer ses efforts sur sa plateforme d’idées.

Lors d’un point de presse tenu au local du parti, Mme Fortin s’est limitée à dire que les propos du candidat Tremblay démontrent sa personnalité.

Selon elle, le Parti québécois est le mieux placé pour défendre les intérêts des régions et c’est pourquoi elle s’engage à rétablir un poste de sous-ministre régional, une mesure qui serait favorable pour supporter les projets régionaux dans l’appareil gouvernemental et obtenir du soutien financier, un autre engagement si elle devient députée.

Face à la pénurie de main-d’œuvre, Mme Fortin croit qu’il faut travailler avec la commission scolaire et des organismes communautaires, un milieu dont elle est issue, pour consolider la venue d’étudiants étrangers et les aider à enrichir le bassin de main-d’œuvre.

Mme Fortin travaillerait également à donner un accès à Internet haute vitesse aux citoyens de Sainte-Rose-du-Nord, Saint-Félix-d’Otis, Ferland-et-Boilleau et à ceux demeurant dans de nombreux rangs sur le vaste territoire de Dubuc.

La poursuite du développement du tourisme hivernal avec la présence de deux parcs nationaux, d’un récif montagneux formé des monts Valin et des deux stations de ski constituent pour elle une autre priorité afin de permettre le développement de projets visant la diversification économique du comté.

Environnement
Au plan environnemental, Mme Fortin souhaite travailler à ce que les petites municipalités comme L’Anse-Saint-Jean et Sainte-Rose-du-Nord cessent de déverser directement leurs eaux usées dans le Saguenay d’ici 2020 en se dotant de systèmes de traitement des eaux. Elle se montre favorable aux projets miniers de Métaux BlackRock (MBR), Arianne Phosphate et GNL Québec à la condition que ces projets s’inscrivent dans un contexte de développement durable et soient assujettis au processus environnemental du BAPE. Concernant le projet MBR, elle ne souhaite pas que l’eau tirée du sous-sol de Laterrière soit acheminée à Grande-Anse pour servir dans le procédé de refroidissement.

Au niveau culturel et de l’éducation, Mme Fortin entend travailler au maintien des emplois dans ce secteur tout en investissant dans les écoles rurales du Bas-Saguenay, Bégin, Saint-Fulgence et Ferland-et-Boilleau, qui ont été laissées pour compte par le gouvernement libéral. Selon elle, aucun projet de rénovation ne figure dans les cartons.