Cette photo a été tirée de la publication Facebook qui pointait du doigt les Serres Toundras.

Serres Toundra: une fausse nouvelle cause un tollé

Les Serres Toundra ont goûté, vendredi, aux mauvais côtés des réseaux sociaux. Plusieurs commentaires négatifs ont été formulés à la suite d’une publication Facebook de quelques photos qui laissaient voir, en pleine nature, du carton, du bois et des produits de l’entreprise de Saint-Félicien.

Le président-directeur général des Serres Toundra, Éric Dubé, déplore ce qui a été écrit et partagé par des dizaines de personnes, et ce, sans en connaître le réel fondement.

En début de soirée, la publication a ensuite été retirée sur Facebook.

Cette photo a été tirée de la publication Facebook qui pointait du doigt les Serres Toundras.

« C’est une photo prise sur le site de triage d’Entreprises Jean Tremblay et fils. On fait affaire avec eux pour le recyclage et la disposition de nos rebuts. Ils font la récupération des matériaux, comme les boîtes de carton et les palettes de bois. Les choses qu’ils ne peuvent récupérer sont envoyées à la RMR (Régie des matières résiduelles) pour enfouissement. On paye pour ce service », a-t-il expliqué au Progrès.

M. Dubé se désole des commentaires formulés par des utilisateurs de Facebook qui ont accusé, à tort, l’entreprise de gaspiller. Certains allaient même jusqu’à réclamer le boycottage des produits de l’entreprise jeannoise.

Cette photo a été tirée de la publication Facebook qui pointait du doigt les Serres Toundras.

Le gaspillage alimentaire a été évoqué alors qu’une des images laisse voir des concombres emballés. « C’est certain que l’on jette des concombres puisqu’on fait des tests de qualité. Par exemple, on garde des concombres pendant 30 jours afin d’avoir un suivi des récoltes. On doit en disposer après une trentaine de journées. On fait exprès de se rendre au bout de la durée de vie des concombres afin d’évaluer la durée de conservation », précise-t-il. Ces concombres ne sont pas offerts aux banques alimentaires.

« Les gens ont utilisé Facebook pour créer une tempête dans un verre d’eau », conclut-il.

Cette photo a été tirée de la publication Facebook qui pointait du doigt les Serres Toundras.

L’un des propriétaires des Entreprises Jean Tremblay et fils était aussi découragé de la publication Facebook. « Ça n’a pas de sens. On trie tout ce qui est valorisable. Le reste est envoyé à la RMR. On n’enterrerait jamais des choses comme ça, de nos jours, avec ce qui existe comme lois », a mentionné Frank Tremblay.

M. Tremblay, qui ne connaît pas l’auteur de la publication Facebook, tentait, vendredi, d’entrer en contact avec lui, afin d’expliquer le travail effectué par son équipe.

Cette photo a été tirée de la publication Facebook qui pointait du doigt les Serres Toundras.