Plusieurs élus municipaux, provinciaux et fédéraux, de même que des gens d'affaires, entourent le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, dans le cadre de l'inauguration des Serres Toundra de Saint-Félicien.

Serres Toundra: un modèle d'innovation

Les Serres Toundra pourraient devenir un modèle de projet innovateur permettant de dynamiser les régions ressources.
C'est du moins l'avis du premier ministre Philippe Couillard qui a participé à l'inauguration du complexe de serres de concombres avec quatre collègues ministres. «Il faut se faire confiance et partir avec l'attitude de réussir. Ça démontre qu'il est possible de démarrer des projets audacieux dans la région; qu'il est possible d'innover dans les régions ressources. Ce projet est regardé dans d'autres régions comme Chapais et Senneterre. Il sera possible de le répéter. Il est possible pour l'industrie forestière de se lancer dans de nouvelles vocations», a-t-il livré aux personnes présentes dans la salle d'emballage.
Philippe Couillard s'est dit très fier que ce projet se concrétise. «Ça démontre que notre implication politique peut laisser des traces. Je vais me souvenir de cette journée toute ma vie, car j'ai travaillé pour que ça se concrétise», a-t-il ajouté.
Le président des Serres, Éric Dubé, a affirmé que la présence du député de Roberval a été primordiale. «Sans lui, il n'y aurait pas eu de projet. J'ai appelé mille fois à son bureau. Il nous a même répondu un 24 décembre à 14h», a-t-il raconté.
Philippe Couillard a confirmé que le projet a été ponctué d'embûches. Les portes étaient fermées dans les ministères. «Toutes, toutes les réponses étaient non même quand c'était demandé par le premier ministre. L'explication qu'on nous donnait était qu'on ne connaissait pas ça. Il y a une grande leçon à tirer de cette expérience. Il ne faudrait pas échapper des projets d'autres entrepreneurs parce qu'ils se font dire non et abandonnent», a-t-il souhaité.
C'est pour cette raison que le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Paradis, et le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, François Blais, étaient présents. On veut que le gouvernement soit plus souple afin de mieux épauler les projets innovateurs.
En plus du rôle essentiel de Philippe Couillard, le travail de Denis Lebel et la conviction du grand patron de Résolu, Richard Garneau, ont été soulignés.
Denis Lebel a lui aussi ouvert des portes de ministères. Il a aussi débloqué une situation délicate avec des travailleurs hollandais. Alors qu'il était ministre, Développement économique Canada avait octroyé une somme de 3 M$. Le député de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, a annoncé que cette aide était bonifiée d'un autre million par son gouvernement. De son côté, Québec a accordé des garanties de prêts.
Rêve réalisé
«Chaque fois qu'il me voyait, le maire Gilles Potvin me parlait de son rêve de produire des légumes en serres à partir de l'énergie thermique. Il en rêvait même en plein jour. Aujourd'hui, son rêve vieux de 20 ans est réalisé», a lancé Richard Garneau de Résolu.
Gilles Potvin pense que Saint-Félicien a développé un modèle unique au Québec. «Nous lançons la nouvelle écologie industrielle. Les déchets d'une entreprise deviennent un intrant précieux pour un autre type d'entreprise. Le modèle est créé. Il reste maintenant à l'exporter partout au Québec.»
Un concombre des Serres Toundra
Subway
Les concombres des Serres Toundra vont se retrouver dans tous les restaurants Subway du Québec et de l'Est du Canada. Le président Guy Laframboise en a fait l'annonce mercredi. «Nous commençons avec l'achat de 6000 concombres par jour pour fournir nos 650 restaurants au Québec. Par la suite, il y a des possibilités pour une entente pour l'Ontario et l'Ouest.»
Succès chez IGA
La distribution des concombres dans les IGA du Québec se passe très bien et les marchands en commandent en grande quantité. «Dans la région, mais aussi ailleurs, la demande est incroyable. Certains marchands commandent jusqu'à quatre palettes. Ils aiment le produit. Nous sommes très satisfaits du partenariat. Nous ne distribuons plus de concombre du Mexique», informé Yvan Ouellet, vice-président chez Sobeys. L'entreprise achète toute la production et pourrait même en prendre plus dans le futur. «Nous allons analyser l'évolution du marché, mais pour l'instant, tout va bien. C'est certain que des magasins de l'Ontario et de l'Est du Canada pourraient s'approvisionner si on avait des surplus. Notre intention est d'acheter l'ensemble de la production», ajoute-t-il. Richard Garneau, de Résolu, a affirmé que sans l'intention de Sobeys d'acheter la production de concombre, jamais le conseil d'administration n'aurait accepté d'investir dans le projet en détenant 49% des actions.
Production plus importante
Les dirigeants des Serres Toundra sont très satisfaits des résultats jusqu'à maintenant. La production est plus importante que prévu. L'entreprise a dû embaucher plus de personnes pour récolter et emballer. On compte près de 200 travailleurs. Preuve que la production roule: 180 000 concombres libanais avaient été récoltés mardi. Ils prennent en moyenne 36 heures à croître. Pour les Anglais, le temps de croissance est d'environ 16 jours.
Captation de CO2
L'entreprise CO2 Solutions va investir 7,4 M$ dans un projet de captation de CO2 de l'usine de pâte kraft de Produits forestiers Résolu pour l'acheminer aux Serres Toundra. Le gouvernement du Québec a annoncé une aide financière de 3,3 M$ pour soutenir le projet. «C'est une technologie que nous allons développer qui pourra nous servir pour des projets futurs. Nous allons recueillir le CO2 pour l'acheminer dans une conduite d'un kilomètre. L'utilisation du CO2 permet l'augmentation de la croissance des concombres de l'ordre de 40%. En captant les gaz de l'usine, on évite l'émission de 30 tonnes métriques par jour à se retrouver dans l'atmosphère. C'est l'équivalent de retirer 2300 voitures sur la route par année», a mentionné le président Evan Price.
Il y a avait foule pour l'inauguration des Serres Toundra.
Ce qu'ils ont dit...
«Ma grand-mère disait que le concombre était le légume le plus facile à faire pousser. Elle ne m'avait pas dit que de préparer le jardin était une méchante job.» - Éric Dubé, président des Serres Toundra
«Les concombres libanais et anglais vont parler avec un accent du Lac.» - Richard Garneau, président et chef de la direction de Résolu
«Qui aurait dit que le Lac-Saint-Jean ne sera plus reconnu que pour ses bleuets, mais aussi pour ses concombres?» - Charles Baudet, consul des Pays-Bas
«C'est Marc Desbiens, le propriétaire du IGA de Saint-Félicien, qui a vu le potentiel du projet et qui nous a mis en contact avec l'entreprise. Le ''deal'' a pu se faire en 30 minutes.» - Yvan Ouellet, vice-président à la mise en marché, produits périssables chez Sobeys Québec
«J'ai toujours dit que serait plus longtemps Denis que monsieur le ministre. Je suis fier d'avoir travaillé comme ministre à ce que ce projet se concrétise.» - Denis Lebel, député de Lac-Saint-Jean
«Après la crise du bois d'oeuvre, la taxe sur papier surcalendré et le caribou forestier, on me trouvait courageux de venir ici. C'est un projet porteur et je suis fier d'être à Saint-Félicien et que ce projet se fasse dans ma région.» - Denis Lemieux, député de Chicoutimi-Le Fjord