Des travailleurs guatémaltèques des Serres Toundra ont pris la fuite vers les États-Unis au cours des derniers mois.

Serres Toundra: des Guatémaltèques s’enfuient aux États-Unis

Des travailleurs des Serres Toundra originaires du Guatemala ont pris la fuite et se sont réfugiés aux États-Unis. La nouvelle, d’abord publiée par la station de radio Planète, a été confirmée par le président de l’entreprise, Éric Dubé.

« Oui, c’est arrivé à quelques reprises au cours des derniers mois. On en a parlé avec Ferme Québec. Et ce sont des choses qui se produisent assez couramment », affirme M. Dubé, en entrevue avec Le Quotidien. Il se fait cependant discret sur le nombre précis de travailleurs qui ont quitté Saint-Félicien vers notre voisin du Sud.

L’organisme Ferme Québec chapeaute la venue de bon nombre de ces travailleurs qui viennent d’Amérique latine et qui ramassent fruits et légumes qui poussent en été dans les champs. Ferme Québec aide des entreprises agricoles aux prises avec des problèmes de pénurie de main-d’œuvre à trouver des employés saisonniers.

« On sait qu’il y a des réseaux qui existent. Ils se font promettre des choses, on ne sait pas trop quoi, et ils prennent la fuite », ajoute M. Dubé, concédant qu’il n’y a pas grand-chose à faire quand une personne a décidé d’immigrer illégalement aux États-Unis. La fuite de travailleurs n’est pas une situation exceptionnelle, selon plusieurs reportages que l’on peut trouver facilement sur Internet, notamment dans la revue agricole La Terre de chez nous.

Environ 45 % des travailleurs agricoles qui viennent au Québec sont originaires du Guatemala. Plus de 50 % d’entre eux quittent le Mexique pour trouver un emploi. Le reste des travailleurs, environ 3 %, provient des pays limitrophes.

Selon Planète, des travailleurs qui sont arrivés aux États-Unis conserveraient des liens avec des personnes habitant toujours dans la région.