Le médecin Claude Déry tient à bout de bras la Clinique médicale du Faubourg. Il cherche un nouveau médecin, sinon la clinique fermera.

Sérieuse menace de fermeture

Une menace de fermeture plane sur la Clinique médicale du Faubourg de Jonquière. Si aucun nouveau médecin ne se joint à l'équipe, la clinique devra mettre la clé sous la porte très prochainement. Le Dr Claude Déry, propriétaire de la clinique, lance aujourd'hui un cri du coeur.
La clinique médicale publique, qui est située au Faubourg Sagamie d'Arvida depuis une quinzaine d'années, emploie trois médecins de famille, un dermatologue, un psychologue, un omnipraticien en infiltration contre la douleur et trois infirmières. La clinique est l'une des seules au Saguenay à offrir un système sans rendez-vous.
Chaque jour, 40 patients sont vus par un médecin à la clinique, simplement au service sans rendez-vous. Ces patients arrivent très tôt le matin dans l'espoir d'avoir un rendez-vous au cours de la journée. Chaque jour, plusieurs patients ne peuvent être vus, faute de temps. «Chaque matin, nous devons installer la pancarte Désolé, on est complet. Nous n'arrivons plus à voir tout le monde», indique Dr Claude Déry.
Actuellement, la clinique doit renouveler son bail au Faubourg Sagamie. Mais sans l'embauche d'un nouveau docteur, l'équipe médicale ne pourra plus répondre à la demande. "À la minute où il y a un médecin qui ne peut faire du sans rendez-vous, on est fait. Nous ne pouvons rien garantir pour l'avenir, donc il nous est impossible de prendre un engagement à long terme pour la signature d'un bail. Nous avons un besoin urgent de recrutement, sinon, nous serons dans l'obligation de fermer très prochainement. On se donne encore une ou deux semaines avant de prendre une décision», explique Dr Claude Déry.
La clinique est également trop grande pour la pratique de la médecine familiale seulement. Et il n'est pas question pour les propriétaires d'investir pour ouvrir une nouvelle clinique plus petite.
Depuis trois mois
Le médecin de famille demande de l'aide depuis le mois de novembre dernier. Mais, jusqu'ici, aucun médecin n'a répondu à l'appel. "Ça fait trois mois que je crie dans le désert. Nous offrons le service du sans rendez-vous cinq jours par semaine et une fin de semaine sur deux. Certains jours, nous sommes deux médecins, donc 80 patients sont vus. Imaginez où vont aller ces patients si le sans rendez-vous ferme. À l'urgence, bien sûr», indique Claude Déry.
Évidemment, la plupart des patients qui se tournent vers la clinique du Faubourg n'ont pas de médecin de famille. «C'est très inquiétant. Pour nous, mais surtout pour les services. Nous avons déjà diminué de beaucoup le nombre de patients qu'on peut voir dans une journée. Il y aurait du travail pour plusieurs nouveaux médecins, mais nous en demandons seulement un», souligne Dr Déry, qui ne sait plus vers qui se tourner. D'ailleurs, il a fait parvenir une missive à tous les médecins du Saguenay, histoire de recruter. Il a reçu une seule réponse d'un médecin de l'extérieur de la région. «Il m'a demandé à le rencontrer, mais pour différentes raisons, ça ne peut pas se faire immédiatement et j'ignore s'il voudra venir travailler avec nous», a indiqué Dr Déry, disant tout de même avoir encore de l'espoir. «Mais la situation est très urgente. Et c'est aussi tannant pour nos patients. On ne peut pas leur donner des rendez-vous si on ne sait pas où nous serons dans six mois», souligne-t-il.
Une chose est sûre, si la clinique ferme d'ici quelques mois, les patients en médecine familiale des trois omnipraticiens auront toujours leur place. «C'est le sans rendez-vous qui n'existera plus. Les 40 ou 80 patients qu'on peut voir dans une seule journée n'auront plus d'autre option. Ce sera l'urgence. De notre côté [les trois médecins de famille], nous irons pratiquer dans d'autres cliniques», explique Dr Déry.
Prainville@lequotidien.com