Serge Bergeron

Serge Bergeron songe à la mairie de Roberval

L'ex-directeur de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets, Serge Bergeron, songe à se présenter à la mairie de Roberval.
Retraité depuis peu, l'homme est actuellement en réflexion et va annoncer sa décision en décembre. «Il y a des gens qui m'ont approché et je ne cache pas mon intérêt. Avant d'annoncer ma décision, je dois faire une bonne analyse de l'ensemble du travail lié à cette fonction. Ce n'est pas un rôle qu'il faut prendre à la légère. Il y a beaucoup d'implication et de responsabilités», commente-t-il.
Originaire de Chicoutimi, Serge Bergeron habite Roberval depuis 10 ans. Durant ces années, il n'a pas vu la municipalité changer beaucoup. «Oui, il y a eu quelques projets de réalisés, mais je crois qu'il en reste beaucoup à faire. Il y a une espèce de stagnation à Roberval et je souhaiterais, avec l'aide de la population, changer les choses. Entre autres, j'aimerais que Roberval perde son étiquette de ville de service. C'est là un énorme défi. Il faut assurer le développement économique de Roberval», mentionne-t-il.
Il croit que Roberval doit se positionner pour diversifier sa structure économique comme Saint-Félicien et Dolbeau-Mistassini.
Serge Bergeron a un intérêt pour la politique depuis longtemps, mais ces anciennes fonctions lui empêchaient de s'impliquer concrètement. Il s'est présenté à l'investiture pour devenir candidat libéral provincial dans la circonscription de Chicoutimi. Une expérience qui lui a confirmé son intérêt pour une implication plus soutenue. Même s'il s'est affiché comme libéral, il ne croit que ça va le pénaliser dans une éventuelle course à la mairie. «J'ai toujours été libéral et je ne crois pas que mes allégeances politiques peuvent nuire à la fonction de maire. Les gens sont en mesure de faire la part des choses.»
Deux autres
La conseillère Nancy Guillemette et l'ancien directeur de la ville Jean-Guy Tardif n'ont pas fermé la porte à une éventuelle candidature. Le maire Guy Larouche veut solliciter un deuxième mandat.