Emmanuel Colomb, Hélène Lavoie, Ariane Carrier et Alexandra Desilets étaient très fier d’avoir réalisé le défi en équipe.

Sept nageurs ont relevé le défi de la Descente du Saguenay

Sept nageurs ont réussi à terminer la Descente du Saguenay, soit les 42 kilomètres qui séparent la Marina de Chicoutimi du Pavillon des croisières de la Baie. Ils ont réalisé leur exploit samedi, et ce, malgré la pluie qui tombait.

La fébrilité était à son comble, au quai de La Baie, lorsque les premiers nageurs ont été aperçus au loin. Une trentaine de personnes, amis et proches des participants, étaient présents pour encourager leurs courageux êtres chers. Après plus de 6 h 30 de nage, les premiers nageurs ont mis le pied sur la terre ferme.

Les membres de l’équipe, constituée d’Emmanuel Colomb, d’Hélène Lavoie, d’Ariane Carrier et d’Alexandra Desilets, étaient tous très souriants à leur arrivée à la rampe de mise à l’eau de La Baie. Emmanuel Colomb, le doyen du groupe, a indiqué qu’il était très fier de son équipe. « Ç’a super bien été, on avait une belle équipe et on fait la descente en 20 minutes de moins que l’an passé. À cause de la météo, il y avait plus de vagues et on a eu peur des cellules orageuses, mais dans l’ensemble, tout s’est bien déroulé », a affirmé le nageur.

Luc Gagnon en était à sa deuxième participation à la Descente du Saguenay.

Alexandra Désilets était la seule à faire l’expérience pour la première fois. La plus jeune nageuse, âgée de 24 ans, semblait complètement séduite par son périple. « Je suis fascinée par le fait que nous sommes déjà arrivés ! C’est difficile de s’imaginer comment ça va être quand on ne l’a jamais fait, mais la formule en équipe, ç’a fait toute la différence », a-t-elle partagé au Quotidien, à sa sortie de l’eau. 

Un peu après le groupe, le premier nageur en solo a atteint le rivage. Luc Gagnon, 69 ans, en est à sa deuxième Descente du Saguenay. Dès qu’il a pu se mettre debout, il a lancé à sa famille : « On y a goûté ». L’athlète a pris près d’une heure de plus que lors de sa première tentative. « C’était très difficile, mais j’avais une très bonne équipe qui me suivait en bateau », a confirmé l’homme.

Il était suivi de près par Langis Landry, un autre nageur qui avait décidé de faire sa descente en solo. « J’ai fait beaucoup de descentes, cinq ou six, mais celle-là est celle qui m’a pris le plus de temps », a confié le nageur. Il semblait très heureux de retrouver sa famille et ses amis sur la terre ferme.

Langis Landry a fait sa traversé en a peu près 7 heures et 30 minutes.

Finalement, le dernier nageur à avoir rejoint le quai de la Baie est Michel Dufour, lui qui en est à sa 14e descente, rien de moins. L’homme de 64 ans n’a pas semblé souffrir des aléas de la météo. « L’eau était chaude, ça a enlevé beaucoup de complexité , a révélé l’homme. Mes épaules ont tenu le coup, la nage s’est très bien faite. » Michel Dufour semblait particulièrement satisfait et voulait surtout remercier le soutien que lui apporte son entourage lors d’épreuves comme celle-ci.

« Je suis sûr que tous les autres nageurs sont d’accord avec moi, mais pour faire ce qu’on fait, ça prend tellement de soutien de la part de nos conjointes. Elles sont tellement bonnes pour nous aider à réaliser notre sport et je voulais vraiment le souligner de façon spéciale », a commenté l’athlète. Il était accompagné par Vincent Godin et sa soeur Marie-Laurence, ainsi que par le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, pour terminer les cinq derniers kilomètres, afin de soutenir la cause de la dysphasie (voir autre texte).

Michel Dufour a terminé sa 14e traversé, samedi, lors du défi.