Tout près de 80 étudiants ont pris part au panel de discussion, vendredi, à l’auditorium de l’UQAC.

Sensibiliser la gente féminine

Environ 80 étudiants du secondaire et du collégial ont participé à un panel de discussion impliquant quatre acteurs du monde des sciences qui occupent un poste clé au sein de leur entreprise respective. L’objectif était de faire connaître un univers qui peine à attirer la gent féminine.

L’événement La science, une expérience humaine s’est tenu vendredi avant-midi à l’auditorium de l’UQAC. Des invités de marque étaient présents pour cette première édition, soit Ève Langelier, de la Chaire pour les femmes en sciences et en génie au Québec de l’Université de Sherbrooke, Guylaine Tremblay, vice-présidente, services conseils chez CGI, Jimmy Boulianne, directeur général d’Ubisoft Saguenay, ainsi que le directeur du Centre de recherche et développement Arvida chez Rio Tinto, Frédéric Laroche.

L’idée a été lancée par le doyen de la recherche et de la créativité de l’UQAC, Yves Chiricota. Comme il le dit si bien, il a servi de bougie d’allumage, mais des enseignants et professionnels des deux cégeps du Saguenay (Chicoutimi et Jonquière) ont contribué à mettre le tout en place, en plus de l’organisme Accès-Travail-Femmes.

« On avait un panel de discussion mixte de haut niveau, qui a atteint les plus hautes sphères en démontrant que c’est possible de faire sa place en tant que femme dans un milieu où l’écart est pourtant très grand », a mentionné Yves Chiricota, à la fin de la journée. Le doyen a notamment fait remarquer que dans le domaine du génie, la présence des femmes atteint un pourcentage particulièrement bas.

« Des études démontrent les effets bénéfiques de la présence de femmes au sein d’équipes de travail », a ajouté M. Chiricoti.

Certains préjugés continuent également de faire leur chemin, à tort, notamment en ce qui concerne le « geek » dans le milieu informatique. Les choses ont bien changé, a rappelé le professeur.

« Dans les différents domaines dont il a été question, il y a beaucoup de variétés et de travail en équipe, a mis en contexte Yves Chiricota. C’était l’occasion de sensibiliser les jeunes en leur disant que ce n’est pas parce que tu es une fille que tu as moins de capacités à travailler dans le domaine des sciences et de l’informatique. »

Yves Chiricota et les acteurs qui ont contribué au succès de l’événement entendent répéter l’expérience l’an prochain, avec une formule ajustée aux besoins actuels.