Photo Erick Labbe, Le Soleil - Suite aux evenements qui ont eu lieu au Club Pulse d'orlando, il y aura une vigile pacifique en memoire des victimes, en solidarite avec leurs proches et toute la communaute LGBT d'Orlando 

Sensibiliser encore sur l'homophobie

L'Association des gais et lesbiennes du Saguenay-Lac-Saint-Jean (AGL-LGBT) invite la population à faire promouvoir « l'acceptation des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres (LGBT) ».
Une semaine après la tuerie d'Orlando, le conseil d'administration de l'organisme tient à sensibiliser une fois de plus les gens sur l'homophobie et la transphobie.
« Est-ce qu'une homosexualité refoulée à ce point peut déboucher sur un massacre dans un club gai ? », questionne Alain Lévesque, président de l'organisation, sans donner de réponse.
« Encore aujourd'hui, différents groupes sociaux, la famille, la religion, le sport et le milieu du travail continuent de mettre des barrières aux personnes homosexuelles. Même si les minorités sexuelles au Québec ont obtenu récemment l'égalité juridique, l'égalité sociale demeure incomplète. Les personnes transgenres et transsexuelles, elles aussi, font face à de sérieux obstacles. Il est donc important de rester vigilant et de promouvoir l'acceptation », plaide le président dans un communiqué de presse émis cette semaine. 
Cette organisation, dont la majorité des membres sont âgés entre 50 et 70 ans, a pour mission d'assurer la défense et la promotion des intérêts de la communauté LGBT, combattre la solitude et l'isolement, faciliter l'acceptation et la condition homosexuelles et enfin lutter contre l'homophobie et la transphobie.
« On a une réalité particulière dans la région. La plupart de nos membres ont 50 ans et plus. Et 25 % d'entre eux sont des grands-parents. Ils se sont mariés, ils ont eu des enfants », décrit M. Lévesque, en parlant des gens de cette génération, dont plusieurs ont assumé tardivement leur homosexualité.
Cette organisation, comme d'autres au Québec, participera le 21 juin à une consultation sur le plan d'action gouvernementale de lutte contre l'homophobie et la transphobie. Cette consultation favorisera une réflexion concernant les mesures à conserver ou à mettre en place à l'intérieur du prochain plan d'action ainsi que sur les priorités à retenir. L'AGL-LGBT profitera de l'occasion pour exprimer ses préoccupations et faire des recommandations pour le mieux-être des personnes victimes d'homophobie et de transphobie.