Sécurité incendie: Alma et Saint-Félicien misent sur l’entraide

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Alma et Saint-Félicien s’entraideront pour la protection contre les incendies. Les deux villes, situées à environ 80 kilomètres l’une de l’autre, s’échangeront des équipements, des pompiers, des camions et des enquêteurs en incendie.

L’entente intermunicipale permettra d’augmenter l’inventaire d’équipements et de forces humaines, a expliqué le maire d’Alma, Marc Asselin, lors de la séance du conseil municipal de lundi soir.

« Les gouvernements ont des exigences plus élevées envers les villes en matière de sécurité civile. En matière de prévention également. Donc, ça nous oblige à avoir plus d’équipements, qui sont coûteux. Cette entente permettra d’avoir accès, des deux côtés, à plus de ressources », a plaidé le maire d’Alma.

L’entente prévoit des prix sur des équipements et chaque Ville payera à la pièce lorsque ce sera nécessaire.

Alma n’a pas d’entente semblable avec Roberval, qui se trouve plus près. « Il n’y a rien de signé avec eux », a laissé tomber Marc Asselin. Alma a également une entente avec Larouche, en matière de sécurité incendie.

Les municipalités entourant Alma, dont Hébertville-Station et Saint-Nazaire, sont aussi regroupées pour les services incendie. Pourquoi ne pas faire une régie pour desservir tous les Jeannois, à l’instar de la Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean ?

« Comme faire une MRC, une Ville, on n’est pas rendus là ! On prend des décisions de manière progressive, tranquillement, avec les autres municipalités », a exprimé le maire d’Alma.

Investissements

Alma veut se mettre belle pour l’été. La Ville investira 850 000 $ dans différents travaux, au cours des prochaines semaines, dont des améliorations au parc Falaise, dans les jeux d’eau et dans différents parcs de quartier.

« On veut que les sentiers soient plus accessibles et notre but est de faire des interventions bientôt à la pointe des Américains, avec une autre enveloppe budgétaire. C’est le poumon de la ville et on veut aussi développer ce secteur. On commencera cette année par des sentiers pour s’y rendre. Mais on voit loin pour ce secteur », a indiqué le maire, en parlant de cette pointe qui annonce la rivière Saguenay.


« C’est le poumon de la ville et on veut aussi développer ce secteur. On commencera cette année par des sentiers pour s’y rendre. Mais on voit loin pour ce secteur. »
Marc Asselin

L’enveloppe budgétaire inclut également les changements de fenêtres de l’hôtel de ville et l’aménagement de la menuiserie du Centre Mario-Tremblay.