La scierie Petit Paris de Saint-Ludger-de-Milot

Scierie Petit Paris: les syndiqués voteront vendredi

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des travailleurs de la Scierie Petit Paris-CSN et la direction de l'entreprise.
Une rencontre de conciliation, qui s'est tenue toute la journée lundi, a permis d'en arriver à une entente.
Les détails de cet accord seront expliqués aux membres du Syndicat le vendredi 22 avril prochain, lors d'une assemblée générale qui se tiendra en fin de journée. Les syndiqués trouvaient ridicule l'offre salariale de 1 $ sur cinq ans et avaient décidé de rejeter la proposition patronale. Des moyens de pression avaient été entrepris, notamment des arrêts de productions.
Comme ils gagnent environ 4 $ de moins de l'heure que les travailleurs des autres usines dans la région, ils souhaitaient obtenir un rattrapage salarial, d'autant plus qu'ils avaient accepté des diminutions salariales dans le passé pour permettre à la Coopérative de traverser des moments difficiles.
Des gains ont sûrement été faits à ce chapitre. « La question des salaires a été traitée, c'est évident. Il y a aussi le contexte forestier qui a été abordé. Nous jugeons qu'il s'agit d'une bonne entente que nous allons soumettre aux membres. Je ne veux pas dévoiler de détails d'ici l'assemblée générale du syndicat, car c'est aux membres de décider d'accepter ou non cette entente de principe », a mentionné Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Pour l'instant, tous les moyens de pression et les débrayages sont suspendus jusqu'à l'assemblée générale de vendredi.