Cholestérol à la hausse chez les... corbeaux?

Une étude révèle que les résidents des villes sont plus nombreux que ceux des campagnes à présenter un taux élevé de cholestérol, résultat probable d’une trop grande consommation de fast food. Méfiez-vous toutefois, cette étude ne parle pas des humains, mais des… corbeaux.

L’équipe d’ornithologues du Collège Hamilton, dans le Nord de l'État de New York, a d’abord mesuré le taux de cholestérol et de masse de gras chez 140 corbeaux dans des régions rurales et urbaines de Californie, et a constaté cette différence entre les deux groupes. L’échantillon n’est pas énorme, conviennent-ils, mais pour contrer la critique à l’effet que d’autres facteurs pourraient expliquer cette différence, ils ont déposé des cheeseburgers à proximité de nids dans des régions rurales de l’État de New York… ce qui, à raison de trois burgers par jour par nid, représentait une centaine de commandes chez McDonald chaque fois !

Résultat : le taux de cholestérol de ces corbeaux ruraux s’est révélé similaire à celui des corbeaux urbains.

À ceux qui seraient choqués par l’idée de nourrir des oiseaux de cheeseburgers au nom de la science, il faut noter qu’au contraire des humains, les espèces de corbeaux ne sont pas toutes affectées négativement par des taux élevés de cholestérol et qu’en fait, se défend la chercheure principale, Andrea Townsend, des recherches ont même suggéré que le cholestérol pouvait contribuer à la survie de certains oiseaux. La réalité est que, si on a assez bien étudié les effets d’une consommation excessive de gras chez les humains, les recherches à ce sujet sur les oiseaux restent encore maigres.