Andrew Scheer se porte à la défense de la gestion de l'offre, de l'industrie forestière et des régions.

Scheer défend la gestion de l'offre

Le candidat à la direction du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, se porte à la défense du système de gestion de l'offre, de l'industrie forestière et des régions du Canada.
De passage dans une ferme laitière d'Alma, lundi matin, le député de Régina-Qu'Appelle, en Saskatchewan, a rencontré des agriculteurs locaux pour leur signifier son appui.
« L'un de nos candidats veut abolir le système et pour moi, c'est une mauvaise décision. Si on l'abolit, ça va détruire notre infrastructure sociale », insiste-t-il. « Je sais quelle est l'importance que les familles d'agriculteurs jouent dans notre société rurale. Je comprends l'enjeu. »
M. Scheer estime être dans la bonne voie pour remporter la course. S'il devient chef des conservateurs, il entend adopter une position agressive sur l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). Il compte rester fidèle aux politiques de son parti et aux agriculteurs qui sont assujettis à la gestion de l'offre.
« Si vous voulez vous assurer d'un candidat qui peut gagner et qui appuie le système de la gestion de l'offre, je suis le seul qui a des chances (...) Je ne sais pas pourquoi M. Trudeau a parlé de rouvrir les négociations sur notre accord avec les États-Unis. », renchérit-il.
« C'est notre préoccupation première en 2017 avec les négociations que le président Donald Trump s'apprête à mettre en place avec le Canada, il n'y a rien de rassurant. Nous avons besoin de positions fermes à l'effet que la gestion de l'offre sera défendue et non pas que nous allons servir de monnaie d'échange. (...) Sans la gestion de l'offre, nous devrions compétitionner avec les Américains. Ils pourraient nous inonder de leur lait. Nous, on ne marche pas à armes égales » commente le président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mario Théberge. 
En ce qui a trait à l'industrie forestière, le candidat Scheer a l'intention de mettre en place un plan pour protéger et développer cette industrie en s'attaquant à la désinformation, en investissant dans l'innovation et en travaillant à l'ouverture de nouveaux marchés. « Je suis très confiant qu'il est possible de protéger le secteur du bois d'oeuvre et l'industrie laitière sans sacrifier l'un de ces deux champs d'activités. On l'a fait deux fois comme gouvernement. »
Budget fédéral
Le budget fédéral annoncé la semaine dernière est un désastre, aux dires d'Andrew Scheer. « Il y a de grands déficits, aucun plan économique et aucune chose nouvelle pour l'agriculture. M. Trudeau a augmenté les taxes pour les petites entreprises avec le programme d'Assurance-emploi. C'est une très mauvaise décision. » M. Scheer poursuit sa tournée. Mardi, il rencontrera des membres de son parti à Montréal.