Sainte-Rose-du-Nord souhaite restaurer un sentier pédestre

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
La municipalité de Sainte-Rose-du-Nord souhaite ajouter un nouvel attrait touristique sur son territoire avec la remise en état du sentier pédestre reliant l’Anse à Cléophe, mieux connue sous le nom de l’Anse d’en haut, et le secteur du Cap au Leste.

Invité à faire le point sur ce projet alors que des informations circulent à l’effet que des travaux de relevés topographiques seraient effectués, le maire Laurent Thibeault a réitéré la volonté de sa municipalité de remettre au goût du jour ce sentier pédestre d’une dizaine de kilomètres.

Selon lui, il existe un engouement chez les randonneurs pour l’aménagement de sentiers d’une certaine longueur permettant la marche pendant une journée ou même deux. Il rappelle qu’il y a quelques années, une tentative a eu lieu pour aménager le sentier qui s’était buté à l’opposition de propriétaires privés concernant les droits de passage. Il en est résulté que le sentier s’est arrêté sur un cap rocheux. Depuis ces démarches, des alternatives ont pu être étudiées pour permettre le passage des randonneurs.

Le maire Thibeault ajoute que ce segment de sentier pédestre s’ajouterait au sentier de la montagne du Chapeau réalisé à l’aide d’une subvention de 70 000 $ dans le secteur du lac Résimond. Selon lui, la montagne du secteur s’apparente au pain de sucre, bien connu au Brésil, et offre une vue imprenable sur la vallée de la rivière Sainte-Marguerite. Le site permet la pratique du parapente avec une piste de sable naturel au pic du lac Résimond.

En ce qui a trait aux supposés relevés réalisés, M. Thibeault affirme qu’il faut regarder du côté du Parc national du Fjord-du-Saguenay et de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ).

Joint par Le Quotidien, le directeur Jérôme Gouron, a mentionné que le projet de l’Anse à Cléophe a déjà fait l’objet de discussions avec le maire Thibeault, mais qu’aucun travail n’est en voie de réalisation. « Il y a un désir du côté de la municipalité d’aller de l’avant, mais il n’y a pas eu d’autres discussions », a-t-il commenté.

Le directeur affirme qu’avec 100 km de sentiers sur son territoire, le Parc national du Fjord-du-Saguenay a déjà beaucoup de travail à accomplir pour entretenir le réseau existant. Cet automne, le sentier du Cap Éternité conduisant à la statue de Notre-Dame-du-Saguenay a fait l’objet de travaux d’entretien et d’amélioration.

D’autres travaux ont lieu sur le sentier du Fjord reliant Sacré-Coeur et Tadoussac où aura lieu l’an prochain la seconde édition du Beluga Ultra Trail, un événement de course en sentiers.