Le maire de Sainte-Rose-du-Nord, Laurent Thibeault, croit que la dette à long terme devrait augmenter avec l’achat d’un camion au coût de 350 000$ et avec la facture pour les eaux usées.

Sainte-Rose-du-Nord n’est pas en péril, selon le maire

Même si la dette à long terme de la municipalité de Sainte-Rose-du-Nord augmentera en 2020, l’avenir de la municipalité ne se trouvera pas en péril pour autant.

Au cours de la séance mensuelle du conseil municipal tenue lundi soir, le conseiller Vallier Girard a laissé voir que l’ampleur de la dette municipale forcerait éventuellement une fusion avec Saint-Fulgence ou la mise sous tutelle de la localité.

À la suite de discussions sur divers investissements à venir dans la municipalité, l’élu a fait part de son inquiétude sur la manière de mener les choses et la prise de décision.

« De la façon dont fonctionne le maire Fidel (Castro) Thibeault, il prend toutes les décisions sans véritablement consulter autour de lui. C’est facile de dépenser l’argent des autres », a mentionné M. Girard.

Le maire de Sainte-Rose-du-Nord n’a pas apprécié l’allusion à Fidel Castro, le défunt révolutionnaire et homme d’État de Cuba et il a répliqué à son conseiller en le traitant de grossier personnage.

Revenant sur la dette de la municipalité, M. Thibeault ne croit pas que la situation soit aussi dramatique que le laisse entendre Vallier Girard.

« Nous avons une dette de 200 000 $ et nous sommes l’une des municipalités qui ont la plus basse dette à long terme. Et ça nous nuit. Du moins, ça ne nous aide pas. Le gouvernement vient en aide aux municipalités qui ont de la difficulté. À Sainte-Rose-du-Nord, nous ne recevons pas de péréquation du gouvernement, car nous ne sommes pas assez endettés », de dire le maire de la municipalité de 415 âmes.

Laurent Thibeault ajoute que la dette à long terme devrait augmenter avec l’achat d’un camion pour la ville au coût de 350 000 $ et avec la facture pour les eaux usées.

Malgré tout, celui qui est impliqué dans le monde municipal depuis 14 ans ne s’inquiète nullement avec l’avenir de la municipalité.

Eau potable

Au cours de la séance régulière de lundi, les élus ont aussi approuvé la facture de la Fromagerie Boivin de 45 875,03 $ pour le transport d’eau potable à Sainte-Rose-du-Nord au cours de la période estivale. La facture comprend les 321,5 heures de transport à 125 $ de l’heure (plus taxes).

Il faut se souvenir que la localité a éprouvé des problèmes d’approvisionnement en eau potable au cours des derniers mois. Une situation exceptionnelle a été causée par le fait que les deux puits alimentant la municipalité à même des failles rocheuses ont atteint de bas niveaux jamais vus jusqu’à maintenant.

Les citoyens ont dû s’alimenter à même les bornes-fontaines de Saguenay et à l’aide de camion-citerne et de bidons de 18 litres.

« Je tiens à remercier les gens de la Fromagerie Boivin pour le service qu’ils ont offert et aussi la mairesse de Saguenay, Josée Néron, qui ne nous a pas envoyé de facture pour l’eau », a conclu Laurent Thibeault.