Sainte-Rose-du-Nord donne son appui à Je crois en ma région

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Le conseil municipal de Sainte-Rose-du-Nord a adopté lundi une résolution en appui à l’initiative Je crois en ma région. Cinq conseillers, ainsi que le maire, ont voté en faveur de la résolution, tandis qu’un conseiller s’y est opposé.

La séance ordinaire du conseil s’est déroulée sans contestation en soirée lorsqu’est venu le moment pour les élus de se prononcer sur la résolution, a rapporté le maire Laurent Thibeault. Une douzaine de citoyens étaient présents.

Le premier magistrat est à l’origine de la présentation de cette résolution, qui avait été soumise en séance plénière aux élus la semaine dernière. « Habituellement, le maire laisse les conseillers voter, mais j’ai dit : “Non, c’est moi qui ai demandé le vote.” Puis, j’ai dit : “Je veux qu’on vote.” », a-t-il laissé tomber, en entrevue téléphonique.

Le texte de la résolution a été calqué sur un texte adopté par la MRC du Fjord-du-Saguenay, a-t-il précisé. M. Thibeault rappelle d’ailleurs que la municipalité avait déjà adopté par le passé une résolution en faveur du projet de mine d’apatite d’Arianne Phosphate.

Le conseiller qui a voté contre la résolution a proposé un amendement en lien avec le projet de GNL Québec. La proposition a été rejetée, les élus préférant donner leur appui aux grands projets, sans les nommer précisément.

Saguenay remerciée

L’appui des conseillers de Saguenay à Je crois en ma région a été salué par l’organisme, mardi matin, après avoir été dénoncé par une centaine de manifestants lors de la séance du conseil tenue lundi soir.

« Les élus de Saguenay sont sensibles à l’importance de lancer un message clair aux promoteurs de tous les projets économiques intéressés à s’implanter au Saguenay–Lac-Saint-Jean et de leur dire qu’ils sont les bienvenus, pourvu que leurs projets respectent les règles environnementales », a mentionné la porte-parole du mouvement, Karine Trudel. Avec Mélanie Côté