Saint-Ludger-de-Milot contre le registre des armes

Les élus de la petite municipalité de Saint-Ludger-de-Milot s’opposent à la mise en place du registre québécois sur les armes à feu tel que souhaite l’instituer le gouvernement du Québec.

Lors de la dernière assemblée du conseil municipal tenue au début du mois, les élus ont voté à l’unanimité pour la résolution d’opposition au registre.

En entrevue, le maire Marc Laliberté a mentionné que la municipalité adopte ainsi la même position qu’une centaine d’autres qui se sont positionnées ainsi à travers la province. « Notre municipalité est frontalière de la ZEC des Passes. On n’est pas contre la vertu, mais on trouve que l’administration d’un tel registre, c’est du gaspillage d’argent », affirme M. Laliberté.

Ce dernier reconnaît que les pensées sont différentes entre les milieux urbains et ruraux en ce qui a trait au contrôle des armes à feu, mais il fait remarquer que les grands carnages et tueries sont réalisées à l’aide d’armes automatiques ou semi-automatiques plutôt qu’avec les armes utilisées par les chasseurs.

« Nous sommes contre le crime, mais dans le dossier du registre, ce sont encore les gens qui utilisent les armes de façon raisonnable qui paient pour les contrevenants. »

Il conclut en affirmant que le temps a démontré que les registres ne sont pas tellement performants au chapitre de la prévention des crimes.