Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La structure sur le lieu du mémorial.
La structure sur le lieu du mémorial.

Saint-Jean-Vianney, reconnu événement historique national [PHOTOS+VIDÉO]

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
À l’instar du Grand feu de 1870 et de la fondation de la ville de Montréal, la tragédie de Saint-Jean-Vianney est maintenant reconnue comme événement historique national. Le glissement de terrain qui a fait 31 morts en 1971 fait désormais partie de cette courte liste, a confirmé mardi le gouvernement du Québec, en marge du 50e anniversaire de ce drame.

« Le 4 mai est une date importante pour les citoyennes et les citoyens de Saguenay. Elle marque le triste anniversaire d’une des plus importantes catastrophes naturelles survenues au Québec. En 2020, notre administration a reconnu le glissement de terrain de Saint-Jean-Vianney comme événement historique. Aujourd’hui, grâce à la désignation officielle du gouvernement provincial, c’est maintenant l’ensemble du Québec qui s’en souviendra. Une annonce qui tombe à point avec les 50 ans de la tragédie que l’on souligne aujourd’hui (mardi) », a indiqué la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

Pour souligner les 50 ans du drame, Saguenay a inauguré deux nouveaux monuments érigés en hommage aux victimes. Situées sur les terres de l’ancien village de Saint-Jean-Vianney, les structures mettent en lumière l’histoire de cette communauté qui a perdu 31 des siens, en cette soirée du 4 mai 1971. Un sentier de 3,5 km a aussi été aménagé pour permettre aux visiteurs de comprendre les dégâts de cette catastrophe naturelle. Plus de 370 000 $ ont été investis dans ce nouveau parc commémoratif. Avec l’ajout du parcours numérique, prévu en août, le site deviendra un incontournable pour les gens d’ici et les touristes. 

« Comment peut-on transformer cette cicatrice en quelque chose de positif ? Comment s’assurer de ne pas oublier ? C’est une réflexion qui est portée par des survivants et bénévoles depuis des décennies. Aujourd’hui, on présente la première phase de cette vision. Saint-Jean-Vianney sera une destination du tourisme mémoriel, un lieu central dans la région, pour les gens d’ici et d’ailleurs », a commenté la présidente de l’arrondissement Jonquière, Julie Dufour, impliquée dans le dossier depuis plusieurs années. 

« C’est un chemin de mémoire », a imagé Rolande Lavoie, une des survivantes du village. Cette dernière a tenu à remercier publiquement la Ville de Saguenay pour ce site qui permettra aux gens de se recueillir, et surtout aux victimes de ne pas être oubliées. 

Plusieurs anciens résidants de Saint-Jean-Vianney ont visité le nouveau parc commémoratif dévoilé mardi.

La ministre responsable de la région, Andrée Laforest, et la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, ont assisté à l’inauguration, par vidéoconférence. 

« Le Saguenay-Lac-Saint-Jean et tout le Québec se remémorent cette nuit dramatique dont les images donnent encore des frissons. Depuis ce temps-là, nos connaissances ont beaucoup évolué en matière de sécurité civile et de protection contre les aléas de la nature. Sachez que votre gouvernement ne ménage aucun effort pour protéger les citoyens contre des éléments semblables. Un demi-siècle plus tard, on n’oubliera jamais cet événement, jamais il ne s’effacera de notre mémoire collective », a affirmé la ministre Guilbault. 

Un colloque scientifique sur le sujet se tiendra d’ailleurs, les 13 et 14 mai, à l’Université du Québec à Chicoutimi. Ce colloque vise particulièrement les ingénieurs en géotechnique qui œuvrent dans le domaine des glissements de terrain. L’événement permettra aux experts d’échanger sur les connaissances scientifiques liées aux glissements de terrain pour éviter qu’ils ne se reproduisent ou du moins les prévoir pour permettre aux gens d’évacuer à temps. 

« Il existe encore des zones à risque, mais les connaissances d’aujourd’hui nous permettent d’éviter de telles tragédies. Saguenay est d’ailleurs l’une des villes les plus avancées en matière de surveillance des zones à risque. Elle fait figure de proue dans ce domaine », a mentionné Ali Saeidi, professeur titulaire de la Chaire de recherche du Canada en prévision et prévention des risques liés aux aléas hydrogéotechniques, à l’Université du Québec à Chicoutimi.

+

UN HOMMAGE À L'ASSEMBLÉE NATIONALE

(Simone Pilote) - Dans le cadre du triste anniversaire d’une des plus importantes catastrophes naturelles survenues au Québec, les 31 victimes de la tragédie de Saint-Jean-Vianney ont été honorées par les élus de l’Assemblée nationale, mardi.

« Nous ne vous oublierons jamais », a déclaré dans son allocution le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, après avoir nommé chaque victime de la tragédie du glissement de terrain.

Le député Éric Girard de la CAQ a réitéré que le drame est désormais considéré comme un événement historique par le ministère de la Culture et des Communications. « Grâce à cette désignation, cet événement restera inscrit dans notre mémoire collective. Nous en faisons un devoir de mémoire », a-t-il soutenu.

La députée de l’Acadie pour le Parti libéral du Québec, Christine St-Pierre, ainsi que la députée de Mercier pour Québec solidaire, Ruba Ghazal, ont toutes deux aussi pris la parole au Salon bleu. Cette dernière a entre autres mentionné qu’en raison des changements climatiques, nous ne sommes pas à l’abri de prochaines catastrophes naturelles de la sorte.

Tous les députés de l’Assemblée nationale ont observé une minute de silence en hommage aux victimes. Les représentants des quatre partis ont nommément offert leurs sympathies envers les proches des victimes et les sinistrés.