Nicole Houde est décédée en février dernier.

Saint-Fulgence honore la mémoire de Nicole Houde

Saint-Fulgence rend hommage à une écrivaine native de la municipalité en ajoutant le nom de Nicole Houde à la Bibliothèque de l'Anse-aux-Foins, dont le dévoilement se tiendra samedi après-midi.
L'auteure de 14 livres, dans lesquels on retrouve plusieurs évocations du fjord du Saguenay, est décédée en février dernier à l'âge de 70 ans. Bien qu'elle habitait à Montréal depuis de nombreuses années, plusieurs membres de sa parenté habitent toujours la région. C'est en discutant avec sa soeur, Ginette Houde, que le maire de Saint-Fulgence Gilbert Simard a eu envie de renommer l'institution en son honneur. Nicole Houde a notamment reçu le Prix du Gouverneur général du Canada en 1994 pour Les oiseaux de Saint-John Perse.
L'inauguration de la bibliothèque Nicole-Houde de l'Anse-aux-Foins a lieu aujourd'hui à 13h30, devant le bâtiment de la rue Saint-Basile. Le choix des lettres métallisées qui s'ajoutent sur la devanture a été bien réfléchi.
«Je trouvais que de simples lettres carrées, ce n'était pas assez marquant. On a pris sa signature personnelle, on l'a agrandie et on l'a découpée au laser sur la plaque de métal. C'est très beau», indique le maire, qui est fier d'honorer la mémoire d'une descendante directe d'un des pionniers de Saint-Fulgence, le fondateur Michel Simard. L'élu a d'ailleurs mis lui-même la main à la pâte pour polir le métal, afin que tout soit prêt à temps.
Plusieurs auteurs de la région, les membres de la famille de Mme Houde et des représentants de sa maison d'édition La Pleine Lune seront présents à l'évènement.
«Dans son oeuvre romanesque, Nicole Houde nous montre avec justesse et poésie comment l'espace grandiose du fjord du Saguenay imprègne et façonne les êtres qui y vivent. Elle serait très fière de cette reconnaissance et de cet honneur que lui rend son village natal», écrit La Pleine Lune dans un communiqué, soulignant que l'auteure restera toujours vivante à travers ses livres.
Sa passion a même inspiré son petit-fils, Paul-Émile Thériault, qui a écrit un premier livre à huit ans et demi. Une rencontre a été organisée avec les élèves de son âge à l'école primaire Mont-Valin vendredi. «Il était stressé, je crois, de parler de son parcours, mais ç'a bien été», assure Gilbert Simard.