Le Félicinois Samuel Thivierge agit à titre d’acteur, de scénariste, de réalisateur et de producteur dans le film Identités.

Saint-Félicien prend des airs d’Hollywood

Jeudi soir, hélicoptère et voitures de luxe étaient de mise au Cinéma du Zoo sauvage de Saint-Félicien. Samuel Thivierge, cinéaste félicinois, a mis le paquet pour les quelque 450 spectateurs venus découvrir sa plus récente réalisation, Identités.

C’est devant les siens que Samuel Thivierge a tenu a lancé en avant-première Identités, un long métrage grand public mettant en lumière le monde de la fraude. « Ce film-là, tous les gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean devraient venir le voir. C’est pour eux que je l’ai fait. C’est un film touchant, mais humoristique aussi par moment », explique fièrement le jeune homme.

La totalité du film a été tournée dans la ville de Saint-Félicien, laquelle a été particulièrement coopérative selon les dires du cinéaste. « On a littéralement transformé Saint-Félicien en un immense plateau de tournage. Les accessoires, la main-d’oeuvre, on avait qu’à demander et les gens étaient heureux de nous aider. On a vraiment senti un immense soutien de la part de la région. »

Samuel Thivierge a sorti l’artillerie lourde pour l’avant-première de son film Identités au Cinéma du zoo sauvage de Saint-Félicien.

Histoire vraie ?
En 2015, la famille Thivierge fait le choix de vendre sa pourvoirie et est victime d’une histoire de fraude où elle a tout perdu. « On a tout perdu. La famille, c’est tout ce qui nous restait. D’une certaine façon, ça nous a rapprochés et on est plus soudés que jamais », souligne Samuel. Ses frères Paul et Réal Jr ainsi que sa soeur Maude agissent d’ailleurs à titre de coproducteurs pour Identités.

Ironiquement, c’est en 2009, soit six ans plus tôt, que Samuel se voit offrir un rôle dans un long métrage où le vol d’identité est au coeur de l’histoire. Après avoir vécu une histoire semblable, Samuel se porte acquéreur du scénario, soucieux de démontrer l’envers de la médaille. « Je voulais vraiment montrer les deux côtés du monde de la fraude, sans préjugé », explique celui qui désire maintenant passer à autre chose.

À bout de souffle
Portant les chapeaux d’acteur, de scénariste, de réalisateur et de producteur, Samuel Thivierge avoue être complètement épuisé. « Des difficultés, il y en a eu à tous les niveaux. D’abord, il a fallu convaincre les acteurs de jouer dans mon film, parce que je n’étais pas tellement connu, mais il y a aussi le financement. On a dû se tourner vers le financement privé, et c’est un gros risque, en plus de réaliser et jouer dans le film à la fois. », raconte le diplômé de la Vancouver Film School.

Plus de 450 spectateurs se sont déplacés pour visionner en avant-première le film Identités.

Après avoir travaillé pratiquement sept jours sur sept, il mentionne avoir besoin de vacances et ne plus être certain de vouloir continuer dans le monde du cinéma. « C’est un projet qui me tient énormément à coeur et je suis fier du résultat. Mais j’ai besoin de reprendre mon souffle », termine Samuel.

Identités est en salle depuis vendredi, dont au Cinéma Odyssée de Chicoutimi, au Cinéma Complexe d’Alma et au Cinéma du Zoo sauvage de Saint-Félicien.