Des tuyaux placés en hauteur empêchent l’accès à des cours de résidences.

Saint-Augustin au Lac-Saint-Jean: isolés depuis des semaines

Fortement ennuyé par les désagréments causés par les travaux majeurs effectués à la rue Principale qui traverse sa municipalité, le maire de Saint-Augustin au Lac-Saint-Jean, Philippe Lapointe, envisage de bloquer les travaux. Depuis six semaines, la fermeture de l’unique voie qui traverse la municipalité empêche des citoyens d’accéder à leur résidence en véhicule.

L’élu est catégorique, l’entreprise Location ALR de Saint-Coeur-de-Marie qui est chargée des travaux ne respecte pas ses engagements.

« Ils ne veulent pas nous parler. Il faut s’adresser à une tierce personne. Ils ignorent tout. On est rendu à bloquer les travaux. Sans engagement, on se tournera vers un autre entrepreneur. Si on n’a pas d’engagement, mardi matin, on prendra les actions nécessaires pour obliger le remplissage de la route et pour redonner l’accès au citoyen. On aura recours au Protecteur du citoyen s’il le faut », dévoile le maire de la localité de quelques centaines de résidants.

La reconstruction de la rue Principale de Saint-Augustin oblige sa fermeture pendant plusieurs mois.

Le chantier prévu de juin à octobre oblige la fermeture de la rue Principale. Les travaux de reconstruction du réseau d’égout pluvial dépassent les limites de la rue alors que de la terre et des pièces sont, entre autres, visibles sur les terrains des résidences.

Le plan du déroulement des travaux partagé par la municipalité prévoyait des zones de travail d’environ 100 à 200 pieds. « À chaque fin de journée, les tranches de travaux du jour seront presque entièrement remplies, afin de limiter au maximum le temps que les propriétaires seront privés de leur accès à leur propriété », pouvait-on y lire.

« Normalement, ils devaient avancer par section de 200-300 pieds et fermer la route au fur et à la mesure, de l’est vers l’ouest, pour ne pas isoler les gens plus de deux ou trois jours. Ça fait six semaines que les gens traversent les champs et les petites routes et n’ont pas accès à leur maison en véhicule », dénonce le maire.

La maire de Saint-Augustin, Philippe Lapointe, espère un engagement de la part de l’entrepreneur. Les vacances ont, selon lui, assez duré.

Celui-ci souligne, entre autres, la dénivellation de plusieurs pieds entre les terrains résidentiels et la rue en plus des immenses tuyaux qui empêchent les citoyens de rejoindre leur demeure. Ils sont nombreux à devoir stationner leur véhicule chez des voisins ou dans les stationnements de l’église et de l’école.

« Si on avait eu un feu, on n’aurait rien sauvé. Si quelqu’un avait fait une crise cardiaque, il y a un demi-kilomètre que les gens se retrouvent à se rendre à leur résidence à pied », expose M. Lapointe.

Au cours des dernières semaines, les citoyens de Saint-Augustin ont eu à vivre avec d’autres irritants dont le ramassage de déchets qui a été chamboulé, les interruptions du service d’aqueduc et les avis d’ébullition de l’eau. Par ailleurs, la municipalité confirme avoir eu des plaintes concernant des bris de véhicules.

L’immense chantier occupe l’unique voie de circulation qui traverse la municipalité.

Par le sentier de quad

Les automobilistes qui désirent traverser la municipalité doivent le faire en empruntant la voie de contournement située dans le rang 4 ou en effectuant un détour les menant à Péribonka. La circulation locale est possible à travers le sentier de quad.

Invité à réagir, le directeur général de Location ALR et ingénieur de formation, Maxime Lavoie, répond « qu’actuellement, il y a un contrat qui dicte nos correspondances et doléances. Je n’ai pas l’intention de négocier ou de commenter sur la place publique ».

Les investissements routiers et aéroportuaires 2019-2021 pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean du ministère des Transports font état de deux projets dans la municipalité, soit « l’asphaltage de la collectrice Saint-Augustin, secteur urbain, entre la route du 4e Rang et la rue Bélair et de part et d’autre des travaux municipaux », ainsi que la « reconstruction du réseau d’égout pluvial le long de la rue Principale, à Saint-Augustin ».

Les travaux rejoignent certaines résidences de la municipalité.

La municipalité a publié, lundi, sur les réseaux sociaux un message dédié aux citoyens. « Nous avons besoin de VOUS ! ! Nous aussi sommes mécontents. Nous sommes les otages des gérants de chantier. Nous voulons faire une mise au point avec les journalistes pour avoir des réponses à nos questions concernant la rue Principale. Vous subissez des coupures d’eau, n’êtes pas satisfaits de l’entretien des voies de contournement, etc.. On vous attend MARDI MATIN », pouvait-on lire.

+

COINCÉ SUR LE BALCON

Les travaux de réfection de la rue Principale de Saint-Augustin obligent Steeve Lavoie à ne pas dépasser les limites de sa résidence. Il s’agit là d’un grave irritant pour celui qui vit avec la paralysie cérébrale et qui a l’habitude d’effectuer des sorties quotidiennes. 

L’homme de 43 ans circule, comme bon lui semble, en fauteuil roulant dans la municipalité. Il est connu de tous et visite les quelques rues de la petite localité située entre les limites de Sainte-Monique-de-Honfleur, de Saint-Ludger-de-Milot, de Péribonka et de Sainte-Jeanne-d’Arc. 

« Avant, il se promenait à la grandeur du village. Maintenant, il est condamné à rester sur le balcon avant », témoigne sa mère Élianne Gobeil-Lavoie. Celle-ci affirme, sans gène, que son fils vit le pire été de sa vie. 

« Depuis le 1er juillet, mon véhicule adapté est stationné chez mon 3e voisin », explique la dame qui tient à raconter son histoire pour exposer ce que vit son fils. 

Âgée de 78 ans, elle doit compter sur l’aide de ses enfants et de ses voisins pour se rendre à son véhicule et pour y transporter ses emplettes. 

Le véhicule adapté qui est utilisé par Steeve Lavoie et sa mère, Élianne Gobeil-Lavoie, se retrouve à trois maisons de leur résidence. L’homme de 43 ans n’a plus accès à l’entièreté de sa cour.