Saguenay–Lac-Saint-Jean: réactions au budget

Richard Martel, député conservateur de Chicoutimi–Le Fjord

« Régionalement, il y a le montant alloué aux agriculteurs et aux producteurs laitiers, c’est 3,9 milliards $, mais où j’ai énormément de difficultés avec ça, c’est qu’il n’y a pas d’engagement ferme de leur part. C’est comme si tu envoies un chiffre dans les airs. Ça me dérange énormément parce que si tu parles à certains agriculteurs pour l’Accord transpacifique il y en a qui n’ont jamais vu la couleur d’une cenne. Ça va être encore un paquet de problèmes pour savoir comment ils vont distribuer ça. Les agriculteurs, il va falloir qu’ils se battent. Et pour l’aluminium, M. Hébert est venu faire une annonce la semaine passée, mais il reste que la taxe est encore là. »

Karine Trudel, députée néo-démocrate de Jonquière

« Une des plus grandes attentes régionales pour ce budget était un soutien pour les producteurs laitiers et même sur cet aspect, le gouvernement Trudeau a offert un chiffre, mais pas d’échéancier ni de détails sur le déploiement du programme. Depuis quatre ans, c’est toujours la même chose : échec sur l’assurance-emploi et le soutien aux PME en 2016, pas de programme de garanties de prêts pour la foresterie en 2017, pas de plan concret pour le remplacement des brise-glaces ou pour aider les médias régionaux en 2018. Cette année encore, on a l’impression que les annonces sont toujours pour les années à venir et ne visent pas à mettre en place des mesures concrètes et immédiates pour les régions. »

Richard Hébert, député libéral de Lac-Saint-Jean

« Le Budget 2019 est centré sur les préoccupations et besoins des communautés rurales comme le Lac-Saint-Jean. Il répond notamment aux demandes soulevées quant à la connectivité Internet en milieu rural, aux compensations pour les agriculteurs et les producteurs laitiers assujettis à la gestion de l’offre, à l’aide pour les aînés grâce aux mesures relatives aux suppléments de revenu garanti ainsi qu’au développement des communautés locales. »

Daniel Gobeil, président régional des Producteurs de lait du Québec

« C’est un pas dans la bonne direction. Ils reconnaissent enfin que le secteur laitier a donné beaucoup de concessions dans les trois ententes. Il y a le chiffre de 2,4G $ pour ceux qui sont dans la gestion de l’offre, plus 1,5G $, mais ce soir il me manque encore des informations sur les modalités. (...) Ça fait déjà deux ans qu’on subit les impacts. Personnellement, j’ai été impliqué sur les comités et ils ont tenu compte du travail. On reconnaît le travail qui a été fait (...) En campagne, il va falloir que les autres partis appuient ça, on ne voudra pas des promesses en l’air. »

Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m’entraide

« C’est décevant que le gouvernement Trudeau n’ait pas été à la hauteur des besoins et des objectifs ambitieux qu’il avait lui-même énoncés dans sa Stratégie nationale sur le logement en novembre 2017. Et le budget confirme que l’essentiel des sommes seront utilisées seulement après les élections fédérales de 2019. Juste cela, c’est décourageant pour les mal-logés qui ont besoin dès maintenant d’être logés dignement dans un logement social. »

Louis Tremblay, vice-président de la Fédération nationale des communications et président du Syndicat des communications du Quotidien 

« On avait demandé un crédit d’impôt de 35 % sur la masse salariale de tous les employés et ils sont arrivés avec 25 % sur les journalistes et les photographes. Nous, on aurait aimé plus, mais c’est un pas dans la bonne direction. Le gouvernement a compris que les journaux avaient une problématique. On est heureux que ça aille pour la presse écrite, ça nous satisfait. (...) Le Parti conservateur n’a pas encore décidé de sa plateforme électorale, mais est-ce qu’ils pourront mettre fin au programme ? On espère que le programme va s’appliquer rapidement. » 

Propos recueillis par Pascal Girard

+

ANALYSE DU FISCALISTE FRANÇOIS IMBEAU: BUDGET CLIENTÉLISTE

Selon François Imbeau, associé/fiscalité chez Deloitte, le budget Morneau comprend des mesures « wow » pour certaines clientèles, dont les producteurs laitiers et les acheteurs d’une première maison, mais peu de mesures pour le citoyen moyen et les entreprises.

C’est grosso modo l’analyse qu’il a faite pour Le Quotidien. « Pour les agriculteurs et les producteurs de lait, wow, fantastique. Pour ceux qui veulent acheter une première maison, wow. Mais pour le commun des mortels, dans la vie de tous les jours, il n’y a absolument rien. Rien dans les impôts, rien dans les taxes. Même pour les entreprises, c’est probablement un des plus maigres budgets que j’ai vus de ma vie », a-t-il déclaré.

Selon le fiscaliste, il s’agit d’un budget qui cible bien certaines clientèles et qui se fait dans un contexte électoral.

Il a beaucoup aimé le rehaussement du plafond pour le Régime d’accès à la propriété, qui passe de 25 000 $ à 35 000 $. Mais il reconnaît que cette mesure ne pourra avoir d’impact pour la majorité des premiers acheteurs de maison, notamment dans la région, car peu de gens auront accumulé ce montant dans leur Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) . « Entre 25 et 30 ans, c’est extrêmement rare, même entre 30 et 40 ans. Je dirais que ce n’est pas la majorité », a-t-il admis,

François Imbeau se réjouissait aussi des compensations qui seront payées aux producteurs laitiers. Toutefois, « pour l’industrie forestière, ce n’est pas si fantastique que ça. » Selon lui, les mesures fédérales de 251 M $ sur trois ans n’auront pas un impact majeur dans la région. Ces mesures viseront surtout les nouveaux produits et l’innovation. Il croit que des entreprises comme Boisaco, Chantiers Chibougamau et Barrette-Chapais pourraient plus en bénéficier que des gros joueurs comme Produits forestiers Résolu. Il croit cependant que les communautés innues d’Essipit et de Mashteuiatsh pourraient tirer avantage des nouvelles mesures annoncées, dont 79 M $ sur cinq ans pour le lancement de nouvelles entreprises.

Le fiscaliste a aussi noté qu’Ottawa doublera les sommes remises aux municipalités à partir des taxes sur l’essence, qui pourront aller à des priorités locales comme des aéroports régionaux. Il y a aussi 58 M $ sur deux ans pour le tourisme, dont le tourisme hivernal déjà présent ici. Finalement, il s’est dit déçu de voir l’absence de mesures pour les transferts intergénérationnels, même si Bill Morneau avait dit y travailler en 2017.