70 nouveaux citoyens canadiens ont été assermentés à Saguenay.

Saguenay veut des mesures d'accueil pour les immigrants

À une époque où de plus en plus d’entreprises font face à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée, Saguenay entend mettre en place des mesures d’accueil et d’intégration des nouveaux immigrants

C’est ce qu’a indiqué le conseiller municipal Simon-Olivier Côté, mercredi, en marge de la cérémonie d’accueil et d’assermentation de 70 nouveaux citoyens canadiens. L’événement s’est déroulé pour une seconde fois à la Réserve navale de Chicoutimi sous la présidence de Valentin Rukundo et en présence du commandant de vaisseau du NCSM Champlain, Yannick Bisson.

En entrevue, M. Côté, nouvellement nommé membre de la Commission Services communautaires, Vie de quartier et Développement social, a mentionné que des discussions préliminaires ont déjà eu lieu avec ses collègues pour aller de l’avant afin d’aider les nouveaux immigrants à s’intégrer à la vie saguenéenne, que ce soit pour la recherche de travail ou l’intégration à la vie communautaire et économique.

M. Côté a mentionné que depuis plusieurs années, la Ville a délaissé des mesures de support aux nouveaux immigrants, ce qui a comme résultat que ces derniers ne sont pas référé aux organismes adéquats.

Heureux

En ce qui a trait à la cérémonie de mercredi, on peut affirmer qu’elle a fait des heureux parmi les personnes venues du monde entier pour joindre la famille canadienne.

Parmi eux figure Zangue Yves, un Camerounais d’origine, doctorant en génie mécanique à l’UQAC, présent au Canada depuis quatre ans. M. Yves travaille sur un projet de recherche fondamentale portant sur le processus de dissolution de l’alumine dans les cuves dirigé par le professeur Laszlo Kiss, du Département des sciences appliquées de l’UQAC. En septembre dernier, Rio Tinto avait accordé une aide financière de 1,7 M $ sur cinq ans pour ce projet. 

Tout récemment marié en Europe, M. Yves entend parrainer l’élu de son cœur afin qu’elle aussi puisse bénéficier de la citoyenneté canadienne. Il a mentionné qu’en arrivant au Canada il y a quatre ans, il n’avait pas envisagé de faire une demande de citoyenneté. 

« J’aime le Canada. Je me trouve bien ici », affirme M. Yves, qui croit qu’en acquérant la citoyenneté canadienne, il bénéficiera davantage de marge de manœuvre dans sa vie quotidienne tout en ayant moins de paperasse de toutes sortes à remplir.

Mariée à un Québécois

Sur la chaise voisine, Nadia Mandili, une Marocaine d’origine, a traversé l’océan en 2009. Elle vit à Jonquière et occupe un travail d’éducatrice auprès des petits enfants. Mariée à un Québécois, Mme Mandili a eu deux enfants nés ici, ce qui en fait automatiquement des citoyens canadiens. 

« J’aime le Canada, sa diversité culturelle, la liberté culturelle. J’aime ce que j’ai appris ici, les droits des citoyens ainsi que le partage culturel. »

Chacun des Néo-Canadiens a reçu son certificat de citoyenneté après avoir prêté serment à la reine du Canada, Élisabeth II.