Depuis 2013, la population de la RMR de Saguenay est passée de 160 423 à 159 258.

Saguenay, une des seules RMR à perdre des résidants

La Région métropolitaine de recensement de Saguenay est une des trois seules RMR au Canada, sur 33, à avoir subi une baisse de sa population depuis 2013. En termes de pourcentage, il n’y a que la région de Thunder Bay, en Ontario, qui a fait pire.

C’est ce qui ressort de données publiées lundi dernier sur le site Internet de Statistique Canada.

Ainsi, la population de la RMR de Saguenay est passée de 160 423 en 2013 à 159 258, soit une baisse de 1165 personnes en cinq ans. Il s’agit d’une baisse de -0,7 %. Il faut noter que la baisse a été constante au fil de ces cinq années.

La hausse moyenne nationale des 33 RMR s’est établie à 5,7 %.

La RMR de Saguenay comprend, en plus de Saguenay, les municipalités de Saint-David-de-Falardeau, Saint-Honoré, Saint-Fulgence, Sainte-Rose-du-Nord, Saint-Félix-d’Otis, Saint-Charles-de-Bourget et Larouche.

Les deux autres RMR en baisse au pays sont le Grand Sudbury et Thunder Bay en Ontario. C’est Thunder Bay qui a connu la plus forte diminution avec une perte de 1065 citoyens en 2017 par rapport à 2013. La population est passée de 125 229 à 124 164, pour une baisse de -0,9 %. Quant à Sudbury, 716 personnes en moins y habitent par rapport à il y a cinq ans. La baisse a été de -0,4 % pour atteindre 165 270.

Selon un communiqué du Conference Board du Canada publié l’été dernier, ces deux régions faisaient partie des trois moins performantes en Ontario pour les villes de taille moyenne. Le produit intérieur brut (PIB) de Thunder Bay ne devait que croître de 0,2 % en 2017, alors que des villes comme Oshawa et Windsor avaient des hausses anticipées d’environ 2,5 %. La région était touchée par de faibles prix pour ses industries de la pâte à papier et du papier journal. Le secteur industriel en entier devait même chuter de 3,5 %.

Pour ce qui est de Sudbury, la prévision était de voir le PIB grimper de 1,2 %. L’emploi devait chuter pour la quatrième année consécutive. Sudbury dépend beaucoup de son industrie minière, qui extrait notamment du nickel. L’industrie devait reprendre légèrement du poil de la bête en 2017 en raison d’une légère hausse des prix.

Optimisme possible

À Saguenay, il y a lieu de croire que de récentes annonces économiques pourraient contribuer à inverser la tendance. Rappelons que plus tôt cette semaine, Rio Tinto a annoncé des investissements de 250 M $ à l’Usine Vaudreuil, avec d’autres projets qui pourraient suivre dans un avenir rapproché. La multinationale estime que le projet d’AP-60 à Jonquière et la phase 2 à l’Usine Alma sont parmi les meilleurs projets de l’entreprise et pourraient donc voir le jour. Le géant du jeu vidéo Ubisoft a aussi inauguré ses nouveaux locaux la semaine dernière sur la rue Racine, créant éventuellement 125 emplois à Saguenay. D’autres projets majeurs sont dans l’air, dont notamment une usine de transformation de minerai à Grande-Anse, si le projet de BlackRock voit le jour.

Ailleurs au Québec et au Canada

Au Québec, c’est Sherbrooke qui a vu sa population augmenter le plus depuis 2013 avec une hausse de 4,3 %. La grande région de Montréal suit de près avec 4,0 %. Viennent ensuite Québec (2,8 %) et Trois-Rivières (2,5 %).

Au Canada, quatre grandes villes de l’Ouest se démarquent nettement, soit Saskatoon (11,4 %), Edmonton (10,1 %) et Calgary (9,9 %) et Regina (9,7 %).

57 IMMIGRANTS L'AN DERNIER AU SAGUENAY

Alors que d’autres villes au Québec peuvent compter sur l’immigration pour augmenter leur population, ce n’est visiblement pas le cas à Saguenay. 

En 2017, il n’y a eu que 57 immigrants qui se sont ajoutés à Saguenay, pendant qu’il y avait 1456 naissances et 1394 décès. Il y a donc environ 25 naissances pour chaque immigrant.

À Montréal, c’est presque du un pour un. L’an dernier, il y a eu 42 956 immigrants pour 43 319 naissances.

Pour leur part, Québec a reçu 3294 immigrants en 2017, Sherbrooke 1870 et Trois-Rivières 372.

Le nombre d’immigrants à Saguenay est assez stable depuis trois ans (55, 59 et 57). Il s’agit d’une chute d’environ 50 % par rapport à 2013 et 2014 qui avaient vu 107 et 113 immigrants choisir Saguenay.

Depuis 2001, c’est en 2003-2004 et 2004-2005 que le sommet a été atteint avec 210 et 229. L’année la plus basse a été 2008-2009 avec 46.