En novembre 2016, Israël Gauthier-Nepton est mort par balle à Jonquière.

Saguenay: seule RMR sans meurtre en 2017

Pendant qu’en 2017 le Canada a connu son année la plus chargée en dix ans en termes de meurtres, la RMR de Saguenay se démarque avec le moins d’homicides au pays depuis cinq ans parmi les agglomérations de plus de 100 000 habitants. De plus, Saguenay fut la seule agglomération parmi les 33 sans aucun meurtre commis l’an dernier.

C’est ce qui ressort de données publiées mercredi par Statistique Canada et compilées par Le Quotidien.

En 2017, la police a déclaré 660 victimes d’homicide au Canada, soit 48 victimes de plus qu’en 2016. Le taux d’homicides a augmenté de 7 % en 2017 pour s’établir à 1,80 victime pour 100 000 habitants, ce qui en fait le plus haut taux d’homicides observé depuis 2009, indique le communiqué de l’organisme fédéral. Sans surprise, la RMR de Toronto apparaît en tête de liste avec 92 homicides en 2017. Viennent ensuite Vancouver (52), Edmonton (49) et Montréal (46). Pour la province, il y en a eu 10 à Québec, un à Sherbrooke, Trois-Rivières ainsi que dans la partie québécoise de la RMR d’Ottawa-Gatineau, mais aucun à Saguenay.

Selon Statistique Canada, l’augmentation est en grande partie attribuable à une croissance du nombre d’homicides commis à l’aide d’une arme à feu et du nombre d’homicides en lien avec des gangs. Le taux d’homicides commis à l’aide d’une arme à feu a augmenté de 18 % par rapport à 2016 pour s’établir à 0,72 pour 100 000 habitants, ce qui représente le taux le plus élevé depuis 1992.

Depuis 24 ans

Les données publiées permettent d’avoir un tableau complet depuis 1994, soit les 24 dernières années. Au cours de cette période, c’est à Saguenay où il y a eu le moins de meurtres au pays avec 27, pour une moyenne de 1,1 par année. Ailleurs dans la province, ce chiffre est de 1394 à Montréal (moy : 58,1), 152 à Québec (6,3), 87 pour la partie québécoise d’Ottawa-Gatineau (3,6), 35 à Trois-Rivières (1,5) et 30 à Sherbrooke (1,3). Ailleurs au Canada, cependant, les données ne remontent pas plus loin que 2005 pour Kelowna, Brantford, Moncton, Guelph et Peterborough. Guelph a également une moyenne de 1,1 meurtre, mais avec des données uniquement pour les 12 dernières années. Pour revenir à Saguenay, les années les plus mouvementées furent 2009 et 2013 avec quatre homicides.

Depuis cinq ans

Pour ce qui est des cinq dernières années, Saguenay occupe encore la tête du palmarès canadien avec seulement trois meurtres. En 2016, il y eut ceux de Sandra Fortin (Luc Hamel a écopé d’une peine de prison à vie en mai 2018) et Israël Gauthier-Nepton (Marc-Étienne Côté a été accusé, mais la cause est toujours devant les tribunaux). Statistique Canada considère qu’il y a un meurtre dans la RMR de Saguenay en 2015. Toutefois, il n’est pas aisé de savoir ce qu’il en est, car le porte-parole du Service de police de Saguenay, Bruno Cormier, a indiqué au Quotidien que le rapport de 2015 indique qu’il n’y a eu aucun meurtre. Il est possible de penser cependant qu’il pourrait s’agir de la mort de Michel Jobin, retrouvé dans une mare de sang sur la rue Morin en février 2015. La Sûreté du Québec a enquêté sur ce possible homicide, mais aucune arrestation n’a encore eu lieu.

En 2018, il n’y a eu jusqu’à maintenant qu’un seul meurtre à Saguenay, soit celui d’Alexandre Larouche, tiré au domicile de sa mère au début du mois d’août. Karl-Emmanuel Villeneuve a depuis été accusé.

Que comprend la RMR ?

La Région métropolitaine de recensement (RMR) comprend Saguenay, Saint-Honoré, Saint-David-de-Falardeau, Saint-Fulgence, Larouche, Saint-Félix-d’Otis, Bégin, Saint-Charles-de-Bourget et Sainte-Rose-du-Nord.