Le maire de Saguenay Jean Tremblay a rendu hommage à Jean-Noël Tremblay, ex-député conservateur de Roberval à la Chambre des communes de 1958 à 1962 et ex-député unioniste de Chicoutimi à l'Assemblée nationale de 1966 à 1973, par le dévoilement d'une plaque commémorative à l'Hôtel de Ville de Saguenay.

Saguenay rend hommage à Jean-Noël Tremblay

Le maire de Saguenay Jean Tremblay a rendu hommage à Jean-Noël Tremblay, ex-député conservateur de Roberval à la Chambre des communes de 1958 à 1962 et ex-député unioniste de Chicoutimi à l'Assemblée nationale de 1966 à 1973, par le dévoilement d'une plaque commémorative à l'Hôtel de Ville de Saguenay.
Âgé de 87 ans, M. Tremblay, qui habite maintenant à Lévis, a démontré lors de la petite cérémonie qu'il est toujours aussi en verve lorsqu'il a, à son tour, rendu hommage aux citoyens de la région, une région qu'il qualifie d'ailleurs de pays. " Les gens de la circonscription de Chicoutimi sont d'une nature vaillante, entreprenante qui ont bâti un pays. Chicoutimi en est la capitale de ce pays. Nous sommes des gens différents des autres régions. Des visites ailleurs au Québec m'ont convaincu que j'appartiens à un monde différent ", a-t-il déclaré.
Originaire de Saint-André
Originaire de Saint-André du Lac-Saint-Jean, M. Tremblay a étudié en Beauce, à l'Université Laval et à l'UQAC avant de poursuivre à l'Institut Jean-Jacques Rousseau et au Bureau international de l'éducation à Genève, ce qui lui a permis de devenir bachelier en théologie, licencié en droit et détenteur d'un certificat d'études supérieures en français.
De 1952 à 1966, il a enseigné les langues et la littérature française au sein de divers collèges au Québec et universités canadiennes. Maître de conférences à la Faculté libre de philosophie à Paris, directeur du journal Le Carabin de l'Université Laval, il a été collaborateur à La Revue dominicaine, à la revue Culture et au journal Notre Temps, sans oublier la chronique hebdomadaire qu'il a signée à la fin des années 70 dans le Progrès-Dimanche.
De 1961 à 1966, il agit à titre de conseiller spécial de Daniel Johnson, alors chef de l'opposition à l'Assemblée législative. Défait en 1973 par Marc-André Bédard, il devient conseiller auprès de la ministre fédérale Jeanne Sauvé de 1977 à 1979. De 1980 à 1984, il devient directeur des Relations publiques à la Chambre des communes et conseiller spécial de la présidente, conseiller culturel du gouverneur général de 1984 à 1989, conseiller spécial du ministre canadien des Communications, Marcel Masse, en 1989 et en 1990 et conseiller culturel auprès du maire de Québec à compter de 1991.
Collaboratrice
Lors de son allocution, M. Tremblay a rendu hommage au travail effectué par sa collaboratrice de tous les jours, Sylvie Lessard. Il a rappelé le travail effectué pour doter la région d'institutions comme l'UQAC et le Conservatoire de musique.
Les Chicoutimiens se souviendront qu'à une certaine époque, ils ont pu circuler sur le boulevard portant le nom de Jean-Noël Tremblay. À la suite de la tenue d'un référendum, cette artère est devenue le Chemin de la Côte-Réserve.
Dvilleneuve@lequotidien.com