Saguenay remettra la très grande majorité de la commande de 30 000 masques N95 au personnel de la santé.
Saguenay remettra la très grande majorité de la commande de 30 000 masques N95 au personnel de la santé.

Saguenay remettra ses masques aux services de santé

Toujours en attente d’une quantité importante de masques N95, la Ville de Saguenay assure qu’elle va en remettre la «très grande majorité» au personnel de la santé lorsqu’elle va arriver à destination. La commande de 30 000 masques correspond à une année d’opération.

Le cabinet de la mairesse Josée Néron a publié un communiqué, en fin de journée mardi, pour préciser certains détails entourant la livraison. Les détails entourant la commande ont été divulgués lors du conseil de ville, lundi soir, alors que l’administration municipale a déboursé la somme de 335 152,12 $ pour l’achat de 30 000 masques N95 et de gel désinfectant.

Mardi, Mme Néron a expliqué que la commande avait été effectuée le 14 mars, au moment où le problème d’approvisionnement d’équipements de protection n’était pas encore un enjeu. Cette manoeuvre a été réalisée dans le but de protéger les employés de première ligne, dont les policiers.

Selon le communiqué émis, la nouvelle a suscité plusieurs réactions dans les autres municipalités de la province. Le gouvernement du Québec a même voulu savoir de quelle façon la mairesse s’était prise pour obtenir une quantité si importante de masques.

« J’ai pu m’entretenir avec la ministre des Affaires municipales et députée de Chicoutimi, Andrée Laforest, afin de lui expliquer que cette commande a été faite bien avant que le Québec ne connaisse une pénurie dans le matériel de protection, a mis en contexte Josée Néron. Afin de démontrer que Saguenay ne fait pas bande à part et pour pouvoir assurer la santé de tous ceux qui sont en ligne de front pour combattre la pandémie, il va de soi que la grande majorité des masques que nous recevrons sera remise au milieu de la santé. J’accepte que l’on remette la grande majorité de nos masques au personnel de la santé. J’ai tout de même demandé à en conserver une partie afin d’assurer la sécurité de nos propres employés qui auront à côtoyer des citoyens qui pourraient être infectés par la COVID-19. »