Saguenay: les camps de jour incertains

Les élus de Saguenay seront invités à se prononcer, lundi soir, lors de la séance régulière du conseil de ville, sur la tenue ou non des camps de jour cet été. Si on se fie aux discussions serrées qui ont eu lieu en plénière mardi, il se pourrait bien que les parents doivent se trouver un plan B pour leurs enfants.

Le point qui achoppe, selon les informations obtenues par Le Quotidien, est la hausse des dépenses pour la Ville de Saguenay. Celles-ci atteindraient 900 000 $, ce qui est beaucoup plus élevé qu’à l’habitude, et les revenus seront bien inférieurs aux autres années, soit plus que la moitié. Le coût pour Saguenay sera donc de quelques centaines de milliers de dollars.

En effet, le maximum d’enfants permis sera de 515 comparativement à 1100 auparavant. Le coût sera de 100 $ par enfant par semaine alors qu’il était de 65 $ l’année passée. Le ratio sera de cinq enfants par moniteur au lieu de dix. Selon les informations disponibles, avec 515 enfants, il n’y a pas de problème de recrutement pour les moniteurs, mais ça aurait pu être le cas si le nombre d’enfants avait été supérieur. Et si les conseillers votent en faveur de la tenue des camps de jour, ils dureront cinq semaines au lieu de sept, soit du 6 juillet au 7 août. L’une des raisons est la disponibilité des locaux dans les écoles qui devront être préparés avant d’être accessibles pour les jeunes. 

Il faut aussi tenir compte des coûts supplémentaires liés aux équipements de protection pour les moniteurs qui seront assumés par la Ville. Il est question de gants, de masques, de désinfectant, etc.

Les grandes orientations auraient été données aux fonctionnaires lors de la plénière, mardi, ce qui fait en sorte que la formation des moniteurs pourra commencer en fin de semaine. Mais une fois de plus, un vote serré est attendu lundi soir au conseil et ce ne sera pas le premier à diviser les conseillers après le budget et le salaire des élus. Toutefois, selon ce qui se discute en coulisses, les réactions de la population, en fin de semaine, pourraient orienter certains élus.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, n’a pas voulu commenter le dossier.