Saguenay a lancé son plan d’action 2017-2019 en tant que Municipalité amie des aînés. Environ 300 personnes ont assisté au lancement.

Saguenay lance son plan d'action comme amie des aînés

Environ 300 personnes ont assisté mardi après-midi au lancement par Saguenay de son plan d’action 2017-2019 en tant que Municipalité amie des aînés (MADA).

L’événement s’est tenu à l’hôtel La Saguenéenne à Chicoutimi. La présentation a été initiée par la nouvelle conseillère municipale du district #10, Brigitte Bergeron, qui a hérité du dossier qui était auparavant piloté par l’ancienne conseillère à La Baie, Martine Gauthier. « Nous poursuivons sur notre lancée pour offrir un vieillissement actif à nos aînés. Le plan d’action a été rédigé grâce aux commentaires des aînés obtenus à la suite de consultations », a indiqué Mme Bergeron.

Selon le document, qui sera en ligne d’ici quelques jours sur le site de Saguenay, une MADA a comme objectif, entre autres, de mettre un frein à l’âgisme, d’adopter ses politiques et services aux aînés et de s’appuyer sur la concertation et la mobilisation de toute la communauté.

Environ une vingtaine de stands avaient été aménagés pour informer les aînés présents sur les nombreux services offerts à Saguenay. Il y avait notamment des gens de la Société de transport du Saguenay, des pompiers et policiers de Saguenay, du Conseil des aînés, de la Société Alzheimer de la Sagamie ou encore de la FADOQ Saguenay-Lac-Saint-Jean.

C’est l’agente de projet à Saguenay, Amy Duchesneau-Bergeron, qui a présenté plus en détail la politique. Elle a donné quelques exemples concrets de projets mis en place par Saguenay qui permettent d’améliorer la vie des aînés. « Il y a eu le projet Bus & compagnie. On voulait donner la chance à des aînés d’essayer le transport en commun. Il y a eu des accompagnateurs qui accompagnaient des aînés du point A au point B », a-t-elle relaté, ajoutant que cette expérience avait donné naissance à un guide d’utilisation destiné aux aînés. 

Elle a également parlé d’un guide nommé Comment choisir une résidence privée pour aînés. « C’est pour outiller les aînés et leur famille qui sont rendus à cette étape-là. Le guide a été distribué à des milliers d’exemplaires », a-t-elle poursuivi.

La chargée de projet s’est également attardée à un programme intergénérationnel artistique. 17 jeunes et 19 aînés, répartis en trois équipes, ont réalisé des murales urbaines en compagnie de l’artiste expert en graffiti, Carl Poulin. Elle a raconté une expérience qui l’avait frappée alors qu’elle visitait le groupe de La Baie.

« J’ai vu une dame qui dessinait sur un coffre d’auto. Elle dessinait un chat. Il avait été demandé de représenter les points forts de l’arrondissement de La Baie. Elle voulait faire un chat, car en juillet 96, elle avait dû évacuer et avait dû laisser son chat derrière. Trois semaines plus tard, quand elle retourné, elle a entendu des pas et le chat avait passé trois semaines sans eau et nourriture. Elle a dit qu’elle a vu une larme de son chat qui était heureux de la retrouver. Ça l’a tellement touchée », s’est-elle rappelée.

Le lancement fut également l’occasion de commencer à distribuer les 10 000 exemplaires du calendrier 2017-2018 destiné aux aînés. Ce dernier renferme plusieurs informations utiles, dont deux pages de ressources à contacter en cas de besoin.