Saguenay ignore le coût actuel de la pêche blanche

Saguenay ignore à l’heure actuelle ce que coûtera la présente saison de pêche blanche, qui a été marquée par une nouvelle réglementation et une plus grande logistique entourant l’embarquement des cabanes de pêche et le stationnement des véhicules. Les coûts seront connus une fois que la rétrospective de la saison sera complétée.

Martin Harvey, conseiller responsable de la pêche blanche à Saguenay, a affirmé au Quotidien qu’il ne possédait actuellement pas de données à ce sujet, à l’occasion d’une entrevue accordée dimanche, en soirée.

Il a également été impossible d’obtenir cette information via une demande d’accès à l’information formulée à la fin du mois de janvier auprès de Saguenay, afin de vérifier les rumeurs qui circulaient alors à l’effet que des sommes d’une importance sans précédent par rapport aux précédentes saisons avaient jusqu’à maintenant été dépensées.

Pour la saison 2018, il a été évoqué qu’aucun document portant sur le budget prévu n’a pu être retracé, dans la réponse obtenue à la fin de la semaine dernière.

Près de 400 000 $ en 2017

La même justification a été avancée au sujet du budget de la saison 2017. Toutefois, dans ce cas, Saguenay a fourni un bilan de la saison, sous forme de tableau, établissant le budget total de la saison 2017 à près de 392 500 $, pour les secteurs de la baie des Ha ! Ha ! et du lac Kénogami.

Ces coûts comprennent les frais reliés à l’urbanisme, au génie, à la présence policière et de la Sécurité incendie, aux communications, au déneigement, à la patinoire, à la pesée des cabanes, à la présence d’agents de sécurité et aux navettes. 

Connus après la rétrospective

Les coûts de la saison 2018 seront connus à la suite de la rencontre de rétrospective, a expliqué Martin Harvey. La rencontre, tenue à la fin de chaque saison de pêche blanche, doit avoir lieu à la fin du mois de mars ou au début du mois d’avril. Le conseil de Saguenay sera ensuite informé des coûts occasionnés par la saison 2018.

« Après ça, on va voir combien ça a coûté, et ce qu’on doit faire les prochaines fois, pour les prochaines années », a expliqué le conseiller baieriverain.

Saguenay n’a pas produit de prévisions ni évalué de budget pour la présente saison. Questionné à savoir si les fonctionnaires fournissaient un suivi financier du dossier lors des rencontres du Comité de pêche blanche, M. Harvey a répondu que les priorités étaient de terminer l’actuelle saison et que les pêcheurs soient satisfaits de l’activité.

Le responsable du dossier de la pêche blanche n’a pas voulu commenter les rumeurs qui ont circulé sur les dépenses de l’actuelle saison. « On peut faire circuler n’importe quoi, c’est très facile, mais là, présentement je n’ai pas de chiffres pour tout de suite », a-t-il soutenu. Il a également indiqué qu’il ignorait si les coûts de la précédente saison allaient être dépassés en 2018 en raison de la nouvelle réglementation.

La nouvelle réglementation, annoncée en novembre aux pêcheurs, a suscité le mécontentement de plusieurs. La grogne s’est particulièrement fait sentir sur la baie des Ha ! Ha ! pendant les premières semaines d’ouverture des sites.

L’embarquement modulaire, autorisant l’embarquement des cabanes selon les dimensions et le poids – la pesée des cabanes n’était alors pas obligatoire –, ainsi que les règlements entourant le stationnement sur les sites et à l’extérieur des villages ont été les deux principaux points de mécontentement. 

Légère baisse à La Baie, légère hausse à Lac-Kénogami

Le nombre de cabanes de pêche a connu une légère baisse sur la baie des Ha ! Ha !, tandis que la situation inverse s’est produite au lac Kénogami, selon les données actuelles, comparativement au nombre de cabanes de la saison 2017.

Environ 900 cabanes se trouvent présentement sur les glaces de la baie des Ha ! Ha !, sur les sites de l’Anse-à-Benjamin et de Grande-Baie, a indiqué le directeur général de Contact Nature, Marc-André Galbrand, lorsque joint dimanche. Il n’avait alors pas avec lui les données précises pour chacun des villages. Le nombre actuel de cabanes se compare à la saison 2016, a-t-il ajouté. Selon les données fournies par Saguenay, 1017 cabanes avaient été installées sur les glaces baieriveraines lors de la saison 2017. Les cabanes avaient occupé le site du 26 janvier au 12 mars.

Cette année, les premières cabanes ont pu embarquer 10 jours plus tôt, soit le 16 janvier à Grande-Baie, puis le 18 janvier à l’Anse-à-Benjamin.

La pêche au poisson de fond prendra fin dimanche prochain, le 4 mars, à minuit, et les cabanes devront ensuite quitter les deux sites baieriverains le dimanche suivant, le 11 mars.

Sur le lac Kénogami

De son côté, le site de l’Éperlan, sur le lac Kénogami, compte cette année quelque 170 cabanes, a indiqué pour sa part Jessica Verret, présidente de l’Association de pêche blanche de Lac-Kénogami.

En 2017, le site comptait 147 cabanes, selon les données de Saguenay, une augmentation qui réjouit la présidente. Le site avait alors accueilli les cabanes du 13 janvier au 26 mars. Cette année, les premières cabanes ont été embarquées sur les glaces du plan d’eau le 14 janvier. Myriam Gauthier