La conseillère municipale Brigitte Bergeron et le président de l’Association des gais et lesbiennes du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Alain Lévesque, ont procédé à la levée du drapeau arc-en-ciel devant l’hôtel de ville de Saguenay, en compagnie des membres de l’association Nicolas Potvin, Stéfanie Lespérance, Nelson Lapointe, Anny-Pierre Tremblay et Daniel Gosselin.

Saguenay hisse le drapeau LGBT+

Un drapeau aux couleurs de la communauté LGBT+ a été hissé devant l’hôtel de ville de Saguenay, dans le cadre de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. Le thème de l’édition 2019 est la lutte à la cyberintimidation.

Cette année, 49 municipalités de la région, ainsi que Mashteuiatsh, ont participé à la levée du drapeau.

C’est la conseillère municipale et présidente de la Commission des services communautaires, Brigitte Bergeron, qui a procédé à l’élévation du drapeau. « C’est une première pour la Ville de Saguenay. On est rendu là. On a évolué », a dit Mme Bergeron, sur l’ouverture de la société envers la communauté LGBT+.

Le président de l’Association des gais et lesbiennes du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Alain Lévesque, a tenu à souligner l’appui des municipalités de la région. « Le Saguenay–Lac-Saint-Jean s’ouvre sur les communautés LGBT. La levée du drapeau est un geste posé à travers le monde. »

Il était accompagné de plusieurs membres de l’administration de l’association.


«  C’est une première pour la Ville de Saguenay. On est rendu là. On a évolué.  »
Brigitte Bergeron

Une population très ouverte

Alain Levesque juge que la population de la région est très ouverte, encore plus que dans les grands centres.

La communauté LGBT+ représente environ 10 % de la population mondiale. Bien qu’elle est relativement bien acceptée au Québec, il ne faut pas croire que c’est le cas autour du globe. Des dizaines de pays considèrent toujours l’homosexualité comme un crime.

Cette année marque les 50 ans de la loi omnibus de Pierre-Elliott Trudeau qui a décriminalisé l’homosexualité au Canada. Il avait alors mentionné que « l’État n’avait rien à faire dans les chambres à coucher de la nation ».

Cette journée est célébrée par des milliers de personnes partout autour de la planète. C’est le 17 mai 1990, à Montréal, que l’Organisation mondiale de la santé a retiré le statut de maladie mentale à l’homosexualité.

L’initiative de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie vient du Québec. La Fondation Émergence a lancé la première journée du genre le 4 juin 2003. Deux ans plus tard, plusieurs pays membres de l’ONU emboîtaient le pas.

Taïwan légalise le mariage gai

Taïwan, petit pays d’Asie, est devenu le premier pays de son continent à légaliser le mariage homosexuel, vendredi. Le gouvernement a profité de la Journée mondiale contre l’homophobie pour voter le projet de loi. Des milliers de personnes ont célébré en arborant le drapeau arc-en-ciel.