Saguenay en feu enflamme le Carré Davis

Événement unique en son genre au Québec, la deuxième édition de Saguenay en feu démontre la popularité des sauces piquantes. Le site du carré Davis d'Arvida a accueilli plusieurs curieux, mais également des initiés samedi.
Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a effectué une petite visite sur le site de Saguenay en feu, samedi après-midi. Il en a profité pour rencontrer la présidente, Vanessa Gaudreault, et l'un des fondateurs de Saucespiquantes.ca, André Chalifour.
«Ça été un feu roulant toute la journée. Depuis l'heure du midi, ça n'a pas dérougi, image la responsable des communications, Ariane Gagnon-Simard, rencontrée sur place en fin d'après-midi.
«On va vraiment fracasser l'achalandage de l'an dernier où on avait eu autour de 5000 personnes», annonce-t-elle fièrement. Il faut avouer qu'on a la température de notre côté. En plus du soleil, il ne fait ni trop chaud, ni trop froid.»
Pour les organisateurs, l'un des objectifs est de démocratiser les sauces piquantes, qui peuvent agrémenter à peu près tout repas. Une vingtaine d'exposants, dont plusieurs offrent des mets épicés ou des breuvages qui se marient bien avec les sauces piquantes. «Les gens aiment les choses pas trop épicées. On veut que ce soit accessible à tout le monde également. On veut qu'il y en ait pour tous les goûts», mentionne Ariane Gagnon-Simard, précisant qu'à plusieurs occasions, les gens sont eux-mêmes surpris de leur degré de tolérance.
Dégustation
Le journaliste du Quotidien a eu l'occasion de tester ce fameux degré de tolérance, grâce à une dégustation préparée par les propriétaires de Saucespiquantes.ca, André Chalifour et Christian Bond. Il est important de préciser que je ne suis vraiment pas un amateur de sauces piquantes, mais cette démonstration m'a permis de me rendre compte qu'il existe des sauces avec différents profils de saveur. Les plus sucrées se dégustent sans trop de problème, mais je n'ai quand même pas réussi à obtenir mon collant pour avoir goûté à toutes les sauces. J'ai dû m'arrêter après une dose qui m'a littéralement laissé sans mots, l'avant-dernière avec 150 000 unités sur l'échelle de Scoville, qui permet de mesurer la force des piments utilisés. Pour faire une petite comparaison, la traditionnelle sauce Tabasco possède moins de 1000 unités... Le temps de revenir au bureau de Chicoutimi une vingtaine de minutes plus tard, j'avais encore cette sensation de brûlure dans la gorge. J'ai probablement bien fait de ne pas jouer au brave avec la dernière dont seulement le nom faisait frémir: Satan's blood... et ses 800 000 unités sur l'échelle de Scoville.
Saguenay en feu se poursuit toute la fin de semaine. Samedi soir, un spectacle de Warning, groupe hommage à Green Day sera jumelé à des effets pyrotechniques par l'entreprise régionale PyroSpek. Dimanche, à 14h, Claude Dubé, «l'homme qui mange le plus piquant au Québec», offrira un atelier au cours duquel il expliquera la science derrière les sauces piquantes et les réactions qu'elles provoquent.