Le problème est survenu lorsque les vents et la neige ont transformé en véritables patinoires plusieurs rues en pente du centre-ville comme le bas des rues Bégin, Sainte-Anne et Sainte-Famille.

Saguenay corrige son plan de déneigement

Au lendemain de la tempête qui a causé plus de 80 accidents dans le centre-ville de Chicoutimi, Saguenay modifie son plan de déneigement. La ville inclut désormais les rues Jacques-Cartier et Price comme axes prioritaires à sabler et déneiger. Elle ajoute également deux sableuses supplémentaires.
Le président du comité des travaux publics de Saguenay, Michel Tremblay, admet que la ville a échappé la situation, mardi après-midi, ce qui a causé plusieurs situations chaotiques au centre-ville de Chicoutimi.
Selon les informations transmises par le conseiller municipal, cinq unités de machineries (comprenant des sableurs et des grattes) et 22 employés des travaux publics ont été mobilisés avec pour mission de procéder à l'entretien des artères les plus fréquentées comme les boulevards du Saguenay, Saint-Paul et du Royaume, comme le prévoit le plan de déneigement municipal.
Vent et neige
Le problème est survenu lorsque les vents et la neige ont transformé en véritables patinoires plusieurs rues en pente du centre-ville comme le bas des rues Bégin, Sainte-Anne et Sainte-Famille, lesquelles ont dû être interdites à la circulation par les policiers en raison de leur dangerosité et des carambolages survenus.
«Lorsqu'il a été demandé d'acheminer les sableuses vers le centre-ville, on est arrivés trop tard puisque tout était encombré. On a été surpris par la formation de la glace. On savait qu'il y aurait quatre ou cinq centimètres de neige. On ne pouvait sabler les rues avant puisqu'avec le vent, ça aurait été inutile», commente-t-il.
M. Tremblay admet que la ville a connu une défaillance importante au niveau de la prestation du service et que la situation ne doit plus se répéter, d'autant plus qu'il aurait pu y avoir des accidents plus graves.
C'est pourquoi le conseiller a décidé de former un comité de travail pour analyser ce qui s'est passé. «On est prêts pour la tempête qui devrait arriver cette nuit (mercredi à jeudi) puisqu'on ajoute deux sableuses.»
Outre les éléments qui se sont conjugués, M. Tremblay constate que la tempête a causé des inconvénients au moment de grande affluence, où les travailleurs des grandes institutions publiques quittent le travail.