Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Saguenay ajuste ses frais administratifs pour les services rendus aux citoyens.
Saguenay ajuste ses frais administratifs pour les services rendus aux citoyens.

Saguenay ajoute et augmente ses frais administratifs

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Saguenay augmente et crée de nouveaux frais administratifs, pour « rattraper » le retard. Pour la première fois, des frais d’administration lors de facturations diverses seront ajoutés. Un tarif représentant 15% du montant de la facture, jusqu’à un maximum de 500 $, sera ajouté.

Les frais pour les chèques retournés passeront quant à eux de 25 $ à 35 $. Ces frais n’auraient pas été indexés depuis plusieurs années, malgré l’augmentation des dépenses qui s’y rattachent, ont justifié les élus.

La Ville ne fera également plus de remboursement inférieur à 10 $ aux citoyens. Les soldes demeureront dans les dossiers des Saguenéens et lorsque le montant sera plus élevé, il sera remis. C’est le coût du service postal, les frais bancaires et la charge administrative qui poussent les élus à prendre cette décision.


« Tant qu’à moi, ce sont les plus mauvais gestionnaires (les anciens élus) qui ont passé à Saguenay dans les dernières années. »
Michel Potvin

Il y aura également un retour des frais administratifs de 15% pour annulation de toute activité qui pourrait être organisée par la ville.

Les élus ont aussi accepté de mettre en place une tarification de 5 $ pour les demandes de relevés de taxes faites par les institutions financières.

« Ce sont toutes des choses normales pour des services qu’on absorbait à grands frais. C’est comme s’il y avait eu 17 ans de gros party, avec une organisation qui a tout donné. Je ne veux pas revenir sur le passé, mais au lieu de refaire des routes, ils ont endetté la ville de 350 millions $. Tant qu’à moi, ce sont les plus mauvais gestionnaires (les anciens élus) qui ont passé à Saguenay dans les dernières années », dénonce Michel Potvin, questionné sur la création de frais administratifs.

« C’était simple leur système avant. Ils disaient oui à tout. De belles conventions collectives, on le sait maintenant, elles sont parmi les plus généreuses des villes du Québec. Ils donnaient à tout le monde. Pourquoi on s’occupe d’un terrain de volley-ball de plage quand on n’est pas capable de s’occuper des égouts? », poursuit le conseiller, qui est également président du comité des finances.

Ce dernier estime que les anciens conseils de ville auraient dû gérer de façon plus serrée, ou du moins taxer davantage pour éviter « l’hémorragie » financière.

Quant à la mairesse Josée Néron, elle estime que ces frais sont tout à fait normaux et reflètent le coût du service. « Ce sont des tarifs qui ont été ajustés. C’est le principe d’utilisateur payeur, donc ce n’est pas pour tous les citoyens », rappelle la mairesse.

Ces augmentations et créations de tarifs pourraient rapporter près de 100 000 $ par année, selon des prévisions du département des finances.