Saguenay adopte une politique de dénomination

Saguenay adopte une politique officielle en matière de dénomination de salles, de bâtiments ou d’installations sportives.

Les nouvelles règles ont pour but d’arrimer les procédures et d’éviter les dédoublements.

Le comité exécutif a statué sur la question le 11 octobre dernier et a fait une recommandation au conseil. La Ville, qui reçoit occasionnellement des demandes en ce sens, veut ainsi éviter les dédoublements et souhaite que les lieux publics soient nommés en fonction de leur positionnement géographique, soit l’arrondissement ou le quartier où ils se trouvent.

L’objectif est aussi de faire en sorte qu’une salle ne soit pas baptisée en hommage à une personne vivante ou en l’honneur de quelqu’un qui est mort depuis moins d’un an. De plus, Saguenay veut que la dénomination soit représentative de la vocation du lieu qu’elle désigne.

C’est la Ville, avec l’apport de diverses commissions municipales, qui administrera les demandes, puisque la Commission de toponymie du Québec n’a pas juridiction dans ce type de dossier.

Lors de l’annonce de la construction d’un stade multisport à Jonquière, l’été dernier, le président de la commission sport et plein air de Saguenay, Michel Thiffault, n’a pas écarté la possibilité que des portions du complexe portent le nom de personnalités emblématiques de la région. À la bibliothèque d’Arvida, des salles ont été nommées en hommage à des bâtisseurs de l’ancienne ville.