Le conseiller Michel Thiffault a invité la mairesse Josée Néron à souper dans le secteur Kénogami.

Saguenay adopte son plan stratégique 2020-2030

Le conseil municipal de Saguenay a adopté sa nouvelle planification stratégique 2020-2030 qui a pour objectif majeur de faire face à la baisse démographique et au vieillissement de la population ainsi qu’au manque de diversification économique, un exercice auquel ne s’était pas livrée la ville depuis 2007.

Lors de sa séance régulière tenue lundi, la mairesse Josée Néron s’est dite très fière du travail accompli depuis 2018 dont l’objectif est de repenser la vision, les valeurs et les défis auxquels sera confrontée Saguenay durant la prochaine décennie. La nouvelle planification stratégique a été établie autour de trois axes principaux, soit les soins à la population, une gestion responsable de la ville ainsi que la consultation de la population. Ces axes vont se décliner en plans d’action applicables à travers tous les services. On a un défi majeur de ramener de la population dans nos villes », a déclaré Mme Néron.

La nouvelle planification fixe 18 objectifs qui vont de l’accueil de clientèles diversifiées avec la mise en place d’un plan d’action en immigration, à l’adaptation des infrastructures aux besoins particuliers des citoyens.

L’environnement occupe une place avec la volonté d’implication dans les projets de valorisation industriels, des actions en économie circulaire.

En matière d’urbanisme, Saguenay réitère sa volonté de freiner l’étalement urbain en limitant la construction dans de nouveaux secteurs résidentiels et l’ouverture de nouvelles rues. Pour y parvenir, elle prévoit réviser des programmes d’accès et de rénovation de propriétés.

Les conseillers se sont échangé quelques flèches.

Budget

À quelques semaines de l’adoption du budget municipal 2020, la trésorière Christine Tremblay anticipe l’équilibre budgétaire pour le présent exercice en raison de revenus additionnels de 2,2 M$ provenant des revenus de taxes, du réseau électrique, des droits de mutation, des amendes et des revenus d’intérêt. Toutefois, le président du comité des finances, Michel Potvin, a indiqué que le surplus à des fins fiscales ne se situe qu’à 137 000 $, une marge qualifiée de bien mince. La mairesse a indiqué que sous son administration, la Ville dispose de différentes réserves totalisant 8 M$, des sommes qui n’existaient pas sous l’administration précédente.

La situation est différente du côté de la Société de transport de Saguenay (STS), laquelle fait face à un déficit d’opération de 600 000 $ en raison de dépassements d’honoraires juridiques, de frais d’essence et d’opération. Le conseil a autorisé le versement de la quote-part additionnelle, incluant un amendement proposé par le conseiller Martin Harvey visant à ce que le montant soit versé moyennant le dépôt du budget et du programme triennal 2020 de la STS.

La séance de lundi soir a été l’occasion pour certains conseillers d’y aller de déclarations bien senties concernant le développement de la ville. Le conseiller Michel Thiffault a invité la mairesse Néron à souper afin qu’elle fasse le constat de vétusté du district #3 et du secteur Kénogami, en particulier de l’ancien hôtel de ville érigé en 1932, de la station de ski du Mont-Fortin, qui fait l’objet de rumeurs de fermeture, du Memorial Hall, abritant le club de danse CVK et le Club de boxe, etc. Se disant conscient que la Ville est propriétaire de bâtiments dont elle n’a pas besoin, M. Thifault a suggéré de mettre en vente le bureau d’information touristique du boulevard Harvey, un immeuble qu’il s’est demandé pourquoi il a été construit.

Le conseiller Kevin Armstrong a décoché quelques flèches envers son collègue Michel Potvin, à qui il a reproché d’avoir fait des déclarations à l’effet que ceux qui s’opposent au projet d’amphithéâtre sont contre tous les projets. M. Armstrong a indiqué avoir été surpris de l’annonce faite par M. Potvin concernant des coupes de 10 postes de cadres sans que la commission des ressources humaines n’ait entériné la décision.

M. Potvin a rappelé qu’une résolution visant à couper 5,2 M$ dans l’administration municipale a été adoptée en mai dernier. En ce qui a trait au projet d’amphithéâtre, M. Potvin rappelle que l’objectif est d’obtenir 66 % du financement de 60 M$ provenant des gouvernements supérieurs.

Toujours en lien avec les immobilisations, le conseil a décidé d’aller de l’avant avec le projet de modernisation du Pavillon de l’agriculture compte tenu de l’obtention d’une aide financière de 1 M$ provenant du gouvernement du Québec. En 2017, l’estimation des travaux atteignait 4,3 M$. Les élus ont mentionné qu’en cas de réalisation du projet d’amphithéâtre, la décision de rénover le pavillon serait sujette à révision.

La longue période de questions du public a connu un débordement nécessitant l’intervention des policières de garde à l’hôtel de ville alors qu’un citoyen a voulu interrompre des citoyens écologistes remettant en question les grands projets industriels. L’individu a été reconduit à la porte par les policières.

En raison de l’heure de tombée, Le Quotidien a dû quitter avant la fin.