Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et Nicolas Letendre, président et fondateur de Letenda, ont confirmé la mise sur pied d’un projet d’autobus urbains zéro émission à Saguenay.
Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et Nicolas Letendre, président et fondateur de Letenda, ont confirmé la mise sur pied d’un projet d’autobus urbains zéro émission à Saguenay.

Saguenay accueillera les premiers autobus urbains zéro émission

Saguenay accueillera les premiers autobus urbains zéro émission de gaz à effet de serre. Québec a accordé 3,5M$ à l’entreprise Letenda pour le développement du véhicule Électrip qui sera testé à Saguenay en collaboration avec la Société de transport du Saguenay (STS) en 2021.

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord, Jonatan Julien, et la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et députée de Chicoutimi, Andrée Laforest, ont confirmé l’octroi de l’aide gouvernementale dans les locaux de la STS mardi matin. 

Un montant de 3 510 381 $ est accordé à l’entreprise Letenda de Longueuil afin de développer une nouvelle technologie d’autobus urbains zéro émission spécialement conçus pour une propulsion électrique. 

Le nouveau véhicule d’une longueur de neuf mètres (30 pieds) vise à remplacer les autobus hybrides actuellement achetés par les sociétés de transport. Le véhicule est principalement fait d’aluminium. Son système de propulsion électrique lui permet une grande autonomie de consommation à faible coût de fonctionnement. Quant à son plancher bas, il offrira une accessibilité accrue, notamment aux personnes à mobilité réduite.

«Si on le compare au véhicule hybride, c’est 100 tonnes de GES par an de moins», souligne le ministre Jonatan Julien.

Le projet est financé en partie par le Fonds vert dans le cadre du programme Technoclimat. Letenda peut d’ailleurs bénéficier d’une bonification de 5% de l’aide financière accordée dans le cadre d’une mesure mise en place depuis le 21 mai afin de soutenir les entreprises dans la reprise de leurs activités. 

«On estime que ce projet a un grand potentiel pour le Québec. Le milieu du transport au Québec génère 40% des émissions de gaz à effets de serre. L’électrification des transports fait partie des solutions à déployer pour réduire notre consommation d’énergies fossiles et verdir notre économie. Ce grand chantier environnemental est d’ailleurs une priorité de notre gouvernement. Voilà pourquoi il importe de soutenir des initiatives comme celle de Letenda. Le geste qu’on pose vise à contribuer à l’atteinte des cibles», affirme le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

Letenda a trouvé différents partenaires à Saguenay. En plus de la STS, Rio Tinto, Construction Proco et Location d’outils Simplex sont notamment impliqués dans le projet. 

«Dans un contexte de relance économique, notre projet d’entreprise offre toutes les qualités pour générer des impacts économiques, réduire les émissions de gaz à effet de serre et mettre en relation trois des ressources les plus importantes du Québec, soit l’aluminium, l’électricité et la force entrepreneuriale», affirme Nicolas Letendre, président et fondateur de Letenda.

Le nouveau véhicule sera dévoilé en avril 2021. Il sera ensuite mis à l’essai sur le territoire de Saguenay où une entente pour un projet de démonstration a été conclue avec la STS.  

«Ici, ce sont les conditions parfaites pour tester un véhicule. Il y a les côtes et les conditions nordiques. On va passer à travers différents tests pour démontrer les capacités de notre véhicule», assure Nicolas Letendre.

«Si votre projet passe ici, il va passer partout», a affirmé la ministre Laforest. 

«Je suis fière de constater que notre région participe au développement d’une économie alimentée par des projets de développement durable qui répondent aux exigences du marché du transport et améliorent concrètement la vie des gens. Je me réjouis également des liens de collaboration qui se créent entre différents milieux d’affaires et de recherche pour mieux lutter contre les changements climatiques », a conclu la ministre.