RTA prête main-forte à Hydro

La société Rio Tinto Alcan a été dans l'obligation de fermer complètement l'approvisionnement en électricité d'une certaine quantité de cuves dans ses quatre usines d'électrolyse de la région, en plus de diminuer la tension sur les autres pour aider Hydro-Québec à traverser la période de grands froids et éviter les pannes majeures de réseau.
Rio Tinto Alcan, qui est le deuxième producteur d'électricité en importance au Québec après la société d'État avec un parc d'une capacité installée de 1600 mégawatts, a été dans l'obligation de réaliser une opération additionnelle aux ententes de partenariat en vigueur. Ces ententes de nature commerciale dont le contenu est confidentiel prévoient des transferts de puissance dans le réseau d'Hydro-Québec lorsque la demande atteint des niveaux records comme ce fut le cas la semaine dernière.
La porte-parole de l'entreprise, Claudine Gagnon, a confirmé que les gestionnaires de RTA avaient procédé à une diminution de la tension dans les salles de cuves des quatre usines de la région afin de libérer l'énergie nécessaire pour soutenir le réseau d'Hydro-Québec. Il est effectivement possible de diminuer la tension sur les cuves sans risque pour la production de métal.
«En plus de la réduction de la tension, nous avons fermé complètement l'approvisionnement pour un certain nombre de cuves dans nos usines. Il est possible de le faire pendant un certain temps, mais ça demande du travail additionnel pour nos employés qui doivent ensuite les redémarrer. Techniquement, ce n'est pas la même chose que ralentir la production en diminuant la tension», explique la porte-parole.
La période de froid intense cause des problèmes de livraison de matière première aux installations portuaires avec la glace qui s'accumule rapidement et emprisonne les navires. Il y a également des impacts pour d'autres équipements qui nécessitent de l'entretien, sans parler des travailleurs dans les salles de cuves qui doivent composer avec le froid et l'humidité.
«On pense qu'il fait chaud dans les salles de cuves avec la chaleur dégagée par le procédé de production. Ce n'est pas le cas. Les employés doivent s'exécuter dans un milieu très froid et surtout très humide. Ça demande des efforts additionnels pour l'entretien de nos systèmes.»
En ce moment, Rio Tinto Alcan doit composer avec une situation incertaine pour l'approvisionnement en matières premières utilisées dans la production d'aluminium dans la région. Les débardeurs procèdent actuellement au déchargement d'un navire contenant de l'alumine aux installations portuaires. Trois autres bateaux sont attendus à La Baie au cours des prochains jours, mais leur progression est considérablement ralentie par les glaces dans le fleuve Saint-Laurent en attente de l'arrivée d'un brise-glace de la Garde côtière canadienne.
Un bateau progresse très lentement à l'entrée du fleuve. Sa vitesse est limitée par la présence de glace. Un second bateau est paralysé à la hauteur de Sept-Îles et un troisième est aussi arrêté dans les limites du fleuve. Il s'agit d'un bateau de coke vert, d'alumine et de bauxite.
«C'est une situation préoccupante pour le moment. Ça pourrait avoir un impact dans notre chaîne de production puisque ça prend un certain temps entre le déchargement de la matière première et la livraison dans les installations», a conclu la porte-parole de Rio Tinto Alcan.