RSI Environnement: pas d’impact quantifiable sur la qualité des sols

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Le traitement de sols contaminés pouvant contenir des dioxines, furannes, BCP, PCP, herbicides et pesticides par l’usine de l’entreprise RSI Environnement de Saint-Ambroise n’a pas d’impact quantifiable sur la qualité des sols de surface environnants.

C’est ce qui ressort des résultats du suivi périurbain effectué par SNC-Lavalin Environnement et géosciences, mandatée par l’entreprise de Saint-Ambroise, laquelle réalise, depuis 1997, un programme de suivi environnemental « pour évaluer les répercussions potentielles sur l’environnement et pour suivre la qualité des opérations des installations de traitement thermique ».

Le rapport souligne que les impacts appréhendés par ce type d’activités sont négligeables par rapport à d’autres sources externes. « C’est la cerise sur le sundae qui vient confirmer qu’il n’y a pas d’impact mesurable et quantifiable autour de l’usine », commente l’ingénieur et président-directeur général de RSI Environnement, Jean-François Landry.

« Enfin, mentionnons que les résultats obtenus dans le cadre de la présente campagne respectent les critères du programme interne d’assurance qualité du laboratoire », lit-on dans le rapport.

Année record

Malgré un bilan annuel attendu au mois de mars, le président-directeur général, Jean-François Landry, s’attend déjà à une année marquante quant au volume de sols décontaminés. La dernière année fut probablement la plus productive depuis 2015, estime-t-il.