Route du lait: pour favoriser l'allaitement maternel

Après la route des fromages et, bientôt, la route des bières, la région pourrait accueillir la route du lait. Il ne sera pas question de permettre à la population de goûter à différentes moutures «d’or blanc». Le projet a plutôt pour but de créer des environnements favorables à la poursuite de l’allaitement maternel.

L’organisme communautaire Triolait pilote le dossier. Sa direction a récemment acheminé une demande de soutien à Saguenay et a invité la capitale régionale à « s’engager activement dans la promotion de la santé, de la qualité de vie et du bien-être chez ses citoyens ». Triolait a obtenu une réponse favorable.

Droit protégé

Dans une résolution adoptée le 9 mai, les élus qui siègent au comité exécutif se sont engagés à participer au déploiement de la Route du lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean, eux qui considèrent qu’offrir des milieux de vie favorables à l’allaitement « contribue au développement optimal des jeunes enfants et au bien-être des femmes, des familles et de la société ». 

Parmi les considérants qui ont mené à l’adoption de la résolution par la mairesse Josée Néron et les conseillers figure le fait qu’allaiter en public est un droit protégé par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec et que la Cour suprême a déjà statué en faveur de ce geste dans les lieux publics.

La Ville a mandaté le Service de la culture, des sports et de la vie communautaire à signer les documents confirmant l’adhésion de Saguenay à la Route du lait et à soutenir la création d’environnements favorables à la poursuite de l’allaitement.