La tenue de la septième Traversée du lac Saint-Jean à vélo est compromise.

Roberval veut sauver la Traversée du lac Saint-Jean à vélo

Alors que l’idée de former un regroupement d’événements de vélo qui se tiennent à Roberval, Saint-Félicien et Dolbeau-Mistassini vient de tomber à l’eau, la Ville de Roberval tente de sauver la Traversée du lac Saint-Jean à vélo in extremis afin de présenter l’épreuve sur les glaces cet hiver.

La semaine dernière, une rencontre importante s’est tenue avec les promoteurs des événements de la Traversée du lac en vélo, la Coupe du Québec de vélo de montagne, le Raid boréal – tous deux présentés à Saint-Félicien –, et le Challenge cycliste des Bleuets Desjardins (Dolbeau-Mistassini).

« L’idée était de regrouper nos efforts pour embaucher une ressource commune qui aurait pu gérer les quatre événements », a mentionné Sabin Côté, maire de Roberval.

L’idée de créer un tel regroupement est survenue lorsque la Véloroute des Bleuets a annoncé son intention de se retirer de l’organisation de la Traversée du lac à vélo, pour se concentrer sur ses propres activités.

Toutefois, la Ville de Dolbeau-Mistassini n’a pas voulu embarquer dans l’aventure, puisqu’elle évalue l’idée de développer un service pour tous les événements présentés dans la municipalité, soutient le maire Pascal Cloutier.

« On a beaucoup de demandes du milieu et on veut évaluer les besoins avant de s’impliquer dans un tel regroupement », dit-il, tout en mentionnant vouloir travailler avec les partenaires du milieu.

Pour Sabin Côté, il y a pourtant urgence d’agir, car la Traversée du lac à vélo devrait techniquement se tenir en février, soit dans un peu plus de deux mois. « On ne peut pas se permettre d’attendre plus longtemps », a-t-il mentionné.

D’ailleurs, David Lecointre, qui a organisé les six premières éditions, reçoit des demandes pour s’inscrire à l’événement chaque semaine et plusieurs personnes souhaitent y participer.

Pour assurer la présentation de la 7e traversée, un événement qui attire plus de 200 cyclistes sur les glaces du Piékouagami, le maire de Roberval souhaite donc travailler avec le Village sur glace de Roberval, qui pourrait gérer l’événement.

Il faudra toutefois revoir le budget pour réduire le risque financier, en le faisant passer d’un peu plus de 140 000 $ à un montant se situant en 50 000 et 70 000 $, estime le premier magistrat.

De plus, la traversée se ferait plutôt entre la pointe de Vauvert et Roberval, car Péribonka n’a pas les moyens financiers de soutenir un tel événement, à la hauteur de 10 000 $, année après année. Pascal Cloutier remarque que des pourparlers sont en cours à ce sujet et qu’il y a une ouverture pour devenir un partenaire du projet.

« On ne serait pas le porteur de la Traversée, mais on est prêts à regarder différents scénarios », dit-il.

Selon Sabin Côté, l’événement devrait être modifié pour offrir des parcours alternatifs aux coureurs et pour accueillir différentes clientèles, notamment les familles.

« On voudrait calquer le modèle de la Traversée du lac Saint-Jean à la nage, avec des parcours plus courts pour les jeunes, un parcours de la relève et un 10 km, jusqu’à l’île aux Couleuvres, pour les moins aguerris », explique-t-il.

Un comité sera donc formé dès cette semaine, pour voir s’il est possible de lever suffisamment de fonds pour l’organisation de l’événement à un peu plus de deux mois de la date ciblée. Le responsable de l’organisation de l’événement de l’an dernier, Simon Ouellet, pilote ce comité de relance.

Le regroupement de quatre événements de vélo aurait permis d’embaucher une ressource à plein temps pour gérer les quatre événements, notamment pour faire les demandes de subventions et pour faire la promotion des événements dans la région. Le projet n’est pas enterré, mais il pourrait être revu pour mieux cadrer avec les besoins de toutes les organisations concernées.