Les citoyens qui veulent accéder à la rue de la Pointe doivent le faire par Péribonka, car la route de Vauvert du côté de Dolbeau-Mistassini est actuellement en réfection.

Rio Tinto paie une partie de la réfection

Pour régler un litige avec Péribonka et pouvoir l’emprunter de nouveau, Rio Tinto finance une partie des travaux de réfection de la route de Vauvert, secteur Péribonka, avec une contribution de 125 000 $.

C’est ce qui a été annoncé mardi via un communiqué de presse conjoint du géant de l’aluminium avec Péribonka et Dolbeau-Mistassini.

Au montant de la multinationale, les municipalités ajoutent 50 000 $, pour un total de 225 000 $.

En 2016, Péribonka avait mis en demeure Rio Tinto. L’entreprise avait endommagé la route de gravier, jugeait la municipalité, car ses camions l’empruntaient dans le cadre de travaux de rechargement de plage, notamment dans le secteur de la pointe Langevin. La municipalité avait alors interdit à la multinationale d’y passer, la forçant ainsi à rouler sur l’autre portion de la route de Vauvert, soit celle asphaltée qui débouche à Dolbeau-Mistassini. Une étude réalisée à l’époque évaluait les dommages à 400 000 $.

Cette réfection était d’autant plus nécessaire étant donné que cette dernière portion est actuellement fermée depuis le 1er octobre pour deux ans en raison de travaux de l’ordre de 11 M $.

« On a accepté l’offre qu’ils nous ont faite. C’est ce qu’on espérait », a raconté au Quotidien en soirée le maire de Péribonka, Ghislain Goulet. Ainsi, le résultat voulu était le même, à savoir que l’entreprise paierait pour une partie de la réfection.

Selon le maire de Péribonka, c’est grâce au travail de son homologue dolmissois, Pascal Cloutier, que l’entente a été conclue. En effet, les ponts étaient complètement coupés entre Péribonka et Rio Tinto. « On ne leur parlait plus », a avoué le maire Goulet.

Environ 80 % des travaux sont déjà réalisés sur cette section de 6,5 kilomètres et ils se termineront au printemps.

« Les investissements annoncés aujourd’hui démontrent notre volonté à travailler ensemble afin de trouver des solutions, et ce, dans le respect du développement durable. Ce partenariat est important pour nous puisque dans le cadre de nos travaux de rechargement de plage à Dolbeau-Mistassini, nous devons circuler par la route de Vauvert, sur le territoire de Péribonka », a déclaré à l’intérieur du communiqué Sabrina Tremblay, directrice du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean, géré par Rio Tinto.

« Avec la fermeture temporaire de la portion dolmissoise de la route de Vauvert, Dolbeau-Mistassini devait collaborer à une solution pour améliorer l’accès à ses quartiers de villégiature. Nous sommes très heureux du dénouement de la situation qui va aussi régler de manière durable le problème de la circulation des véhicules lourds », a ajouté Pascal Cloutier, dans le même document.