La résolution de la Ville d’Alma réclamant l’élimination des tarifs ou quotas dans le secteur de l’aluminium n’est pas tombée dans l’oubli. Le maire Marc Asselin assure avoir obtenu de nombreux appuis depuis la mi-avril.

Rio Tinto: le maire Asselin s'impatiente

Le maire Marc Asselin attend impatiemment le prochain projet de Rio Tinto, et ce, encore plus depuis la fin des menaces de tarifs ou quotas imposés dans le secteur de l’aluminium.

Le premier représentant des élus d’Alma a profité de la séance ordinaire du conseil municipal pour faire le bilan des réponses obtenues à la suite de l’adoption, à la mi-avril, d’une résolution réclamant « l’élimination des tarifs ou quotas dans le secteur de l’aluminium avant de signer l’accord États-Unis-Mexique-Canada ».

Une copie de la résolution avait été envoyée à divers acteurs du milieu politique et du domaine des affaires. Visiblement, le message de la ville a trouvé écho alors qu’elle a reçu de nombreuses lettres d’appui, dont plusieurs de villes de la région.

« Autant au Saguenay qu’au Lac-Saint-Jean, il y a des projets qui sont sur la glace. La surtaxe était la raison qu’on avait donnée pour l’arrêt de la construction de l’usine de billettes à Alma. Avec la disparition de la surtaxe, on s’attendait à des réponses plus positives. Ce qui n’a pas été le cas », a affirmé le maire d’Alma.

Celui-ci commence à se montrer impatient devant l’absence d’annonce de projets majeurs de la multinationale. « On retire une surtaxe qui doit nous faire très mal et on nous dit encore que ce n’est pas tout à fait le “timing”. Je me demande, si le “timing”, il y en aura un, un jour. Ça va faire près de 20 ans qu’on nous dit qu’il y a des projets dans les boîtes et qu’on attend la conjoncture économique mondiale », a laissé tomber celui qui a une place au conseil municipal depuis 2013.

« Il faut maintenir le cap et qu’on se regroupe comme nous venons de le faire afin d’aller de l’avant pour faire pression auprès du gouvernement Canadien et du gouvernement québécois face à cette industrie qui a le vent dans les voiles. Il faut qu’elle investisse chez nous avant d’investir en Australie, par exemple », a-t-il conclut.

Le vice-président du syndicat des Métallos de l’aluminerie d’Alma, Sylvain Maltais, a d’ailleurs pris la parole, en fin de séance, afin de remercier le conseil municipal pour son initiative.