Le Centre opérationnel aluminium, situé au Manoir du Saguenay, fait partie des actifs de la multinationale au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Rio Tinto dévoile les chiffres de 2018

Rio Tinto (RT) a payé 125 M $ en taxes et redevances pour ses installations au Saguenay–Lac-Saint-Jean au cours de la dernière année, dont 72 M $ sont reliés aux six centrales exploitées par sa division Énergie électrique. Et de ces 125 M $, la moitié demeure dans la région.

La directrice générale d’Énergie électrique, Nathalie Morin, a partagé les chiffres de 2018, dans la foulée de l’histoire de la fiscalité foncière de la production hydroélectrique sur le territoire régional, qui a fait couler beaucoup d’encre dans la dernière semaine. Elle a fait part de sa volonté de réagir sur « un sujet hyper complexe », en donnant des chiffres globaux, plutôt que de parler d’une situation précise d’un barrage en particulier.

« C’est un exercice important de rétablir les faits et de donner une vue d’ensemble de ce qu’on paie en taxes et redevances, a exprimé Nathalie Morin, rencontrée dimanche au Centre opérationnel aluminium, à Arvida. On a différentes taxes à payer et si on les prend une à une, je ne pense pas que ça donne le bon portrait. Ça ne donne surtout pas la vue d’ensemble. »

La DG d’Énergie électrique a expliqué que le taux de taxe est établi selon une loi du gouvernement du Québec. Rio Tinto se base sur des règlements, dont la taxe 222 LFM, qui établit les taxes que la multinationale doit payer aux municipalités où se retrouvent ses installations hydroélectriques.

Pour Nathalie Morin, c’est trompeur de se pencher sur un seul barrage pour se faire une idée de la situation.

« On investit 80 M $ par année dans nos installations hydroélectriques, a-t-elle souligné. C’est ce qu’on a fait dans les dernières années et c’est ce qu’on va continuer de faire. On préfère voir l’ensemble de tout ça, parce que si on prend une entente en particulier, ça ne donne pas le portrait. Ce qu’on s’assure de faire, c’est de payer ce qu’on doit payer en taxes et redevances. »

Nathalie Morin avoue s’être questionnée sur la pertinence de sortir des données basées sur une étude de 2012, complétée par les professeurs Marie-Claude Prémont et Marc-Urbain Proulx. 

« C’est important de prendre le temps de synthétiser le portrait et de prendre les chiffres de 2018 », a-t-elle ajouté, tout en indiquant que les données de 2017 étaient sensiblement les mêmes.

Pour ce qui est de l’iniquité dénoncée par le conseiller municipal Jean-Marc Crevier entre Rio Tinto et Produits forestiers Résolu, notamment, Nathalie Morin rappelle que Rio Tinto redonne des quantités importantes d’argent à la région.

« En plus des 125 M $ remis en taxes et redevances, Rio Tinto génère un milliard de dollars en retombées économiques dans la région. Je pense qu’on a des bons chiffres », a-t-elle laissé tomber.

Chaîne de valeur

En plus de gérer les six centrales hydroélectriques du Saguenay–Lac-Saint-Jean, la division Énergie électrique regroupe la Société immobilière Alcan et le Programme de stabilisation des berges. Énergie électrique s’occupe de la production, de la distribution et du transport d’énergie électrique.

« Notre travail est d’optimiser notre production hydroélectrique pour contribuer le plus possible à la rentabilité de nos usines, a expliqué Nathalie Morin. On fait partie intégrante de la chaîne de valeur de la région, c’est-à-dire qu’on supporte tout ce qui nous permet de produire de l’aluminium et d’en arriver au produit final. »

Nathalie Morin a dévoilé les données de la dernière année sur les taxes et redevances cédées par Rio Tinto au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

+

LES SIX BARRAGES DE RIO TINTO

Sur la rivière Péribonka

• Chute-des-Passes

• Chute-du-Diable

• Chute-à-la-Savane

Sur la rivière Grande Décharge

• Isle-Maligne

Sur la rivière Saguenay

• Chute-à-Caron

• Shipshaw

EN CHIFFRES

125 M $

Taxes et redevances payées en 2018 par Rio Tinto au Saguenay–Lac-Saint-Jean

72 M $

Taxes et redevances payées en 2018 qui sont reliées aux centrales hydroélectriques

80 M $

Investissement annuel de Rio Tinto dans ses installations hydroélectriques