Rien d'anormal dans les comptes de dépenses de Ghislain Harvey

Alors que Promotion Saguenay dispose de 60 jours pour retracer un possible contrat d'embauche de son président-directeur général Ghislain Harvey, les autres documents qu'a reçus l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) n'ont rien révélé d'anormal.
C'est ce qu'a confirmé Catherine Bergeron, responsable des communications pour l'ERD.
Dans sa demande à la Commission d'accès à l'information (CAI), la conseillère du district #1, Christine Boivin, avait demandé à recevoir les comptes de dépenses de Ghislain Harvey.
« On a obtenu des comptes de dépenses pour les voyages faits au cours des dernières années. Ces comptes de dépenses ne nous ont absolument rien appris », a indiqué Mme Bergeron, en spécifiant par exemple, qu'un de ceux-ci était un voyage au Farnborough Air Show, en Angleterre.
Dans une décision rendue le 12 juillet, mais publiée lundi, le juge administratif Philippe Berthelet a ordonné à Promotion Saguenay « d'effectuer des recherches supplémentaires, notamment auprès de la personne qui exerce les fonctions de secrétaire du conseil d'administration, afin de repérer le ou les contrats de travail ou toute résolution qui a approuvé l'engagement de son président-directeur général. »
Dans son jugement, le juge administratif Berthelet était surpris de constater que l'organisme de développement économique de Saguenay ne pouvait plus retracer de résolution de son conseil d'administration sur l'embauche de son plus haut dirigeant. « Un organisme public tel que Promotion Saguenay ne peut parler que par résolution de son conseil d'administration. Ce conseil doit nécessairement approuver la nomination de son président-directeur général et ses conditions d'engagement afin que les revenus d'emploi du plus haut dirigeant de Promotion Saguenay lui soient légalement versés », a-t-il écrit. Sans cette résolution, il aurait donc été rémunéré illégalement. Ghislain Harvey occupait autrefois aussi le poste de directeur de cabinet pour le maire Jean Tremblay, mais à titre bénévole jusqu'à son départ en décembre 2013.
Il s'agit d'une cinquième décision consécutive favorable à l'ERD face à Saguenay, ou à ses organismes proches (La Pulperie et Promotion Saguenay), devant la CAI. 
L'ERD était représentée par Catherine Bergeron, qui est avocate. Promotion Saguenay de son côté a requis les services de Pierre Mazurette, de chez Gauthier Bédard. Il est également président de Diffusion Saguenay.
Un autre dossier
Une seule autre cause est en cours. « Nous demandons des états financiers de différents organismes qui ont reçu plus de 100 000 $ de la Ville », a mentionné Mme Bergeron. Les quatre organismes sont la Société de gestion de la Zone portuaire, la Société d'aménagement de la Rivières-aux-Sables, la Corporation Saint-François et la Maison pour tous. Une première étape a été plaidée en mars. L'ERD s'attend à être convoquée de nouveau pour plaider la suite.