Maire de Dolbeau-Mistassini, Richard Hébert portera les couleurs du Parti libéral.

Richard Hébert va quitter son poste le 2 octobre

Richard Hébert va quitter son poste de maire de Dolbeau-Mistassini le 2 octobre prochain afin de se consacrer entièrement à la campagne électorale dans Lac-Saint-Jean.
Il en a fait l'annonce lundi soir lors de la séance publique du conseil municipal. « Je ne sollicite donc pas de deuxième mandat. Je me donne deux semaines pour fermer les différents dossiers actifs et ensuite me consacrer à mon nouveau défi. Je tiens à remercier toute la population pour la confiance que vous m'avez apportée au cours des quatre dernières années », a-t-il annoncé avec un filet d'émotion dans la voix.
Lors de la séance du 2 octobre, les membres du conseil vont voter pour élire un maire par intérim pour assurer la transition jusqu'à l'élection du 5 novembre. Les échevins intéressés devront poser leur candidature auprès du greffier d'ici le 25 septembre.
Le maire Hébert a tenu à rappeler le climat d'harmonie qui a régné au cours du dernier mandat. 
« Il y a eu un climat de confiance au sein du conseil et notre ville a toujours eu une excellente image. Il n'y a pas eu de nouvelles négatives au cours de ces quatre années. Le conseil a travaillé très fort pour concrétiser de nombreux projets. J'en suis très fier », a-t-il déclaré.
Problème d'arbres
Les problèmes causés par de gros arbres se poursuivent à Dolbeau-Mistassini. Un couple de la rue des Érables a demandé au conseil de faire couper les deux gros érables argentés dont les racines causent des problèmes à leur résidence depuis une vingtaine d'années.
La Ville a dû effectuer de nombreux travaux pour régler des problèmes de refoulement d'égout de la résidence et les propriétaires ont eux aussi investi dans de nouveaux tuyaux en plastique plutôt qu'en grès il y a dix ans, mais qui ont été perforés malgré tout par les racines. De plus, un refoulement récent a causé des dommages de près de 100 000 $. Frais qui ont été remboursés par les assurances.
Le maire Hébert a indiqué que le conseil se pencherait sur la problématique et qu'une décision serait prise rapidement.
Vandalisme
Pour éviter les actes de vandalisme répétés dans les bâtiments de l'ancienne base de plein air Pointe Racine, le conseil a décidé d'installer un système de sécurité anti-intrusion. Seule la bâtisse du Club récréatif Vauvert sera munie de ce dispositif. « C'est le seul bâtiment qui est encore potable. Pour les autres, le prochain conseil devra prendre une décision. C'est un secteur qui n'est plus vraiment utilisé, mais les terrains ont de la valeur. La Ville devra se pencher sur une nouvelle utilisation et sera ouverte à toute proposition provenant de promoteur », a mentionné Richard Hébert.
Junior Juneau songe à briguer la mairie
Junior Juneau songe très sérieusement à poser sa candidature à la mairie de Dolbeau-Mistassini.
« Ça fait quelques années que j'y pense, mais je ne me serais pas présenté en même temps que Richard Hébert. Depuis qu'il a été choisi candidat libéral, ç'a accéléré ma réflexion et je me sens prêt à relever ce défi. L'opportunité est parfaite », mentionne l'homme de 41 ans, gestionnaire chez Riverin Girard.
Junior Juneau fera connaître sa décision dans les prochains jours. « Il me reste des gens à rencontrer pour finir de sonder mes appuis dans la ville. Je suis un gars de défi et j'ai plusieurs idées pour le développement de Dolbeau-Mistassini. C'est une décision importante. J'en ai discuté avec mon employeur et mes arrangements sont pris », a ajouté celui qui a été président du Club de golf de Dolbeau.
Comme le rôle de maire représente un travail à temps plein, s'il est élu, Junior Juneau quittera son emploi.
Le maire d'Alma, Marc Asselin
Le bilan de Marc Asselin
(Katerine Belley-Murray) - Rénovation complète du centre Mario-Tremblay, finalisation du boulevard Maurice-Paradis, création et expansion du centre d'excellence des drones... Le maire d'Alma, Marc Asselin, a dressé le bilan des deux derniers mandats du conseil de ville d'Alma, lundi. Au moins trois conseillers ne seront pas de retour après les élections du 5 novembre, de sorte que de nouvelles têtes feront leur apparition à l'hôtel de ville almatois, une première en huit ans.« J'ai été chanceux d'avoir un conseil comme celui-là. Ce qui a fait notre force, c'est que c'était un conseil formé d'élus indépendants. Les portes closes, on se parlait dans les yeux, mais je n'ai jamais eu à trancher parce que les décisions ont toujours été prises avec une forte majorité. Ma recette à moi, c'est le respect, a affirmé Marc Asselin en entrevue après la séance. Je n'ai jamais accepté les attaques personnelles. »
Gino Villeneuve, Gilles Savard et Pascal Pilote ne seront pas de retour à la table du conseil au prochain mandat. Pascal Pilote a démissionné il y a quelques mois, alors que Gino Villeneuve et Gilles Savard ont annoncé leur intention de se retirer.
Marc Asselin, quant à lui, ne fait toujours l'objet d'aucune opposition pour le poste de maire.
Lundi soir, il a nommé de nombreux projets réalisés au fil des huit dernières années. La restauration de la maison des Bâtisseurs, les fêtes du 150e (« une réussite totale »), la nouvelle passerelle, la rénovation du centre de ski de fond Dorval, le prolongement du parc industriel Sud, la modernisation du camping Dam-en-Terre et la création du Taxibus, en outre, ont fait partie de la liste mentionnée par Marc Asselin.
« Quand les citoyens voient que leur compte de taxes est à 0,79 cent du 100 $ d'évaluation, plutôt que 1,05 ou 1,15 $ ailleurs, ils sont bien contents. Et on n'a jamais négligé nos services de base, même si nous avons eu de gros projets. (...) Le service de la dette représente seulement 4 % du budget total, soit 8 sous du dollar versé. Ça veut dire que 92 sous par dollar va directement aux services aux contribuables. »
Le 2 octobre aura lieu la dernière séance officielle avec les conseillers en place.