Jacques Fortin a renoncé mercredi dernier à sa candidature comme maire de Saguenay.

Retrait de Fortin: «la faute aux attaques personnels» selon le PCS

Le Parti des citoyens de Saguenay (PCS) estime que les attaques personnelles de la campagne électorale font partie des motifs qui ont incité Jacques Fortin à se retirer de la course à la mairie.
Le PCS a réagi dimanche après-midi au retrait de la course de Jacques Fortin, que celui qui se présentait comme indépendant avait annoncé mercredi. Il avait alors déclaré du même coup tirer un trait sur la politique municipale, lui qui a remporté six mandats comme conseiller municipal à Chicoutimi.
Dans un court communiqué de presse signé par le président de la formation politique, René-Philippe Harvey, Jacques Fortin est décrit comme un « homme de grande valeur, un travailleur acharné, estimé de tous, toujours au service de sa communauté autant comme conseiller municipal que comme président d'arrondissement à Chicoutimi ». On souligne aussi son travail comme directeur général de La Pulperie de Chicoutimi, « lui qui a su propulser l'institution à un grand développement depuis son arrivée ».
Le PCS dit comprendre les raisons qui ont motivé Jacques Fortin à retirer sa candidature « de cette campagne qui s'avère malheureusement teintée d'attaques personnelles, ce que nous dénonçons vivement, plutôt que d'y aller sur les vrais enjeux qu'il faut déployer pour faire rayonner Ville Saguenay ».
« Ces attaques perpétuelles négatives et non fondées sur les individus ont été monnaie courante pour Jacques Fortin au péril de sa santé et de l'équilibre de sa vie ! ! Nous saluons une fois de plus le courage de Jacques démontré dans cet acharnement contre lui ! ! [sic] », poursuit-on.
Josée Néron accusée
Après avoir dénoncé les attaques personnelles de la campagne, le PCS s'en prend à la chef de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron. « Nous sommes également d'accord que les quatre dernières années furent difficiles et non productives comme elles l'auraient dû, causées par l'ERD, personnifiée ici par Mme Josée Néron, laissant un goût amer à la politique municipale... »